Recherche avancée

Nouvelles:

Rappel : le forum n'est pas un chat. Pour toutes vos discussions personnelles ou échanges de coordonnées, les mp et buddies sont à votre disposition.

Auteur Sujet: Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal  (Lu 575 fois)

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« le: 25 janvier, 2019, 21:18:39 21:18 »

Réactivation

Allez je me lance.
Le récit qui va suivre je l’ai déjà posté sur un autre forum très restreint et sous une forme un peu différente. En mémoire des sorties V60 «01,38,73,74», je me sentais obligé de le partager ici puisque notre petite aventure est 100 % Aprilia ;).


Sacré Graal

La quête du Graal fût entamée il y a quelques années déjà.
Tout juste conscientisée elle me conduisit d’abord à travers les Alpes au cours de quatre campagnes alpines successives menées vers l’Est, vers l’Autriche. Puis cette recherche désespérée me ramena au Sud sur les terres cévenoles à l’endroit même où apparurent jadis les premières visions du mythe. Les années passant la carte méridionale française explorée, c’est de l’autre coté de la frontière des Pyrénées que la réponse tant convoitée se révéla enfin.

Le Graal existait.

Ainsi après dix années d’errance, la récompense consommée, la quête prit fin.
Jusqu’à un certain soir du mois de Mai.
Biké fût l’élément déclencheur de la réactivation du Graal, de notre trip dans les Pyrénées. Enfin c’est ce que l’on lui fit croire…
Désormais le V4 a supplanté le V60. Les temps changent, le mythe perdure.



Flashback



Fight Club

Fin mai.
Hôtel La Patache, la voie de stands de la Corniche des Cévennes. Le terme de notre week-end prolongé est proche, trois journées sur quatre sont accomplies, surtout c’est notre dernière soirée en terrasse sous le ciel cévenole étoilé. Plusieurs tournées de poire ingurgitées, la dernière devant nous, Biké nous lance :
« Et si on remettait ça ? »
Ouais mais ailleurs, plus loin, plus longtemps. Mon instinct se réveille.

Jean m’avait parlé des Pyrénées françaises, de son envie de relier la Méditerranée à l'Atlantique « tout par la montagne ». Moi cela faisait trois ans que je rêvais de retourner rouler sur ce spot incroyable là bas de l'autre coté de la frontière en face de Perpignan. Et puis tous les échos étaient unanimes, les Pyrénées espagnoles étaient décrites comme le Saint Graal de la moto. Il fallait vérifier cette légende pour de bon, voir de nos propres yeux.

Alors banco pour les Pyrénées ! La France à l'aller, l'Espagne au retour.
« C'est ton idée Biké, t'es obligé de venir ! Croix de bois, croix de fer.»

Alors nous nous préparâmes.
Jean et moi surtout. Biké lui n'eut pas cette chance. Sa chute en Espagne début juin le contraignit au repos pour quelques semaines (ainsi dit ça fait genre…La cruelle vérité est tout autre. En route pour rejoindre Barcelone et le spectacle de Moto GP son élan fût stoppé net sur une plaque de gravier à hauteur du Puy en Velay. C’est sûr que c’est moins classe que Barcelone).
Moi il me fallait juste deux inconscients pour cette aventure.
Jean m'avait deviné bien entendu, Biké un peu moins. Pourtant la logistique fut étudiée avant le périple.

« On part en Supercorsa raides neufs et on remplacera à mi chemin avec rendez vous préalable. »
« Et les pneus pluie ? »
Gros fous rires de débiles, pas si inconscients que ça, quand nous discutâmes chez Jean.

Au final nous convînmes d’une aventure réfléchie et de partir avec des gommes susceptibles de réaliser le trip en entier. Du Rosso 3 à priori.
Deux trips dans les Alpes au mois de juillet et deux trois petites sorties pour valider mon choix. Hors de question de partir avec des pneus que je ne connais pas pour une telle aventure.
Dix jours avant le départ. Allo Max.
Le Rosso 3 est en rupture de stock, reste que du Supercorsa ou du Rosso Corsa.
Va pour le Rosso Corsa, c'est ce que j’utilise habituellement.
J’étudie mes stats, 2500/3000 avec de tels pneus ça devrait le faire sur un mal entendu. Si on fait un peu moins de bornes que prévu peut-être même qu’ils m’emmèneront jusqu'au bout…Et puis on roulera chargé et moins excité que dans les Cévennes. Bref je veux y croire.
Avec le recul et en écrivant cette analyse je pourrais la résumer ainsi: LOL.

Entre temps nous modifiâmes le programme de la semaine. Au départ nous devions traverser les Pyrénées en deux fois deux jours, une première manche coté français, la deuxième côté espagnol.
Finalement nous ferons deux boucles à cheval sur la frontière et deux journées marathon de liaison entre chaque. Une solution plus favorable à la logistique hôtelière et à l'intensité générale du trip aussi. Surtout nous pourrons rouler deux jours sans bagage.

J'envoie ce schéma explicatif à Jean qui lui est en charge de la logistique hôtelière.
On a pas pris beaucoup de photos alors tous les moyens sont bons pour illustrer le CR.






J1 - Sur la Route

10h, pompes à essence du Carrefour de Givors. Enfin le voilà ce jour tant attendu !

Mes deux compères sont équipés ultra light niveau bagagerie. Je suis bluffé.
Jean roule avec le dernier Tuono Factory de la production. Biké lui a récupéré son V4 APRC 2012 réparé quelques jours avant le départ seulement et n’a pas roulé depuis ses cotes cassées deux mois auparavant. Moi j’ai le V4 R full black sans APRC, ni GPS, ni dieu. Et le gros sac sur la selle de prime abord sujet aux moqueries mais qui en a sauvé plus d'un. Enfin ça on verra plus tard.

Comme pour les Cévennes Biké nous fait le coup de la panne d'avant départ. Cette fois ci c'est une histoire de clignotant, vite réglée par Jean.
« Tu veux pas aller acheter une batterie à l'Hyper aussi? »
On rigole d’emblée et on en profite pour prévenir Biké qu'on lui laisse la matinée pour retrouver ses marques. Après rien n'est garanti. L’esprit motard, la convivialité, toussa.

Et la Tuono Cup pyrénéenne est lancée.

Direction Le Vigan pour l'étape du soir en passant par le Pilat, le Mont Gerbier de Jonc, l'Ardèche et les Cévennes. Du classique qui nous mènera aux limites de notre rayon d'action habituel. Je modifie un peu l'itinéraire du jour (ainsi je précise avoir diffusé tous les RB de la semaine à l'avance, personne n'a été pris en traître, qu’est-ce qu’on y peut si y'en a un qui n'a rien regardé !), en ne passant que par des routes + et des ++.
Alors ouais j'en suis conscient ça fait un peu psycho mais j'annote mes cartes Michelin. Stabiloté l'itinéraire déjà est bien. Après je qualifie certaines portions d'un +, double + voire triple+ suivant le niveau de gavage. Le quadruple + ce sera pour l’Espagne.

Pause déjeuner à Saint Agrève.
Déjà j’ai l'impression que nous sommes en retard sur le planning. On s'en fout c'est le premier jour, il faut que la mécanique se mette en place. Aussi Biké m’interroge sur le timing et l'horaire d'arrivée à l'hôtel du soir.
« Tout se passera bien, t'inquiète pas ! »

Après maints détours et itinéraires bis, vers 18h sur la route du Mont Aigoual, Jean passera un coup de fil à l'hôtel pour prévenir de notre heure d'arrivée approximative.
Les étapes hôtelières c'est pas comme le camping, tu peux rouler jusqu'à la nuit sans te soucier de monter le bivouac, alors on en profite jusqu'aux dernières lueurs du jour.

Nous gagnons Le Vigan et son gîte sur les coups de 20h, de nombreux spots locaux effectués. Comme nous le ferons souvent par la suite (tous les jours ?), nous jetons armes et bagages, ici dans nos chambres monacales de 6 m2, pour une douche bien méritée avant l'apéro et le dîner.

Ce soir, déjà, nous évoquons l'idée d’ériger une pierre tombale en l'honneur de Biké : « Ci-gît Biké, mort au combat pour la cause». Mais il ressuscitera chaque jour et mourra autant de fois.

Rassasiés nous quittons le restaurant en quête d’un bar et de digestifs, en vain.
23h30 tout est fermé dans cette petite ville traversée seulement par le chemin de Compostelle. Alors nous nous résignons à regagner notre hôtel dépourvu de bar.

« C'est un cas de force majeur j'en suis sur! »

Il n’en faut pas plus pour ouvrir le sac magique et taper dans les éléments de premiers secours.
J'ai emporté une flasque de whisky. Et si l'on devait écrire un manuel du road trip moto ce serait l'élément premier à prévoir. C’est tout simplement indispensable. Tu peux tomber en panne d'essence, crever un pneu, casser une levier, péter le moteur, tout ce que tu veux… mais si t'as pas ça t'es vraiment mal!

La première journée, la plus importante, est accomplie avec succès. Pas de problème, pas de panne.
Demain le trip commencera pour de vrai.




J2 - American Psycho

9h. Prêts à décoller je remarque la présence d'un liquide sur le sabot du Tuono de Biké et la lui signale.
« C'est une fuite d'huile, je suis mal !!! » Quel acteur ce Biké.
« Laisse tomber, la flasque on l'a vidée hier. »
C'est mauvais signe de taper dans les réserves le premier jour aussi.

Juste ça suinte, avec une vraie fuite il y aurait une flaque sous la moto ; en fait il nous prend pour des baltringues.
Biké est véritablement prêt à tout pour se tirer du guêpier dans lequel il s'est fourré. Se lever la nuit pour simuler une panne ne lui fait pas peur. Heureusement Jean identifie très vite sa fourberie et règle le problème de la durite du radiateur d'huile mal serrée aussi sec.
Dans notre joyeux trio les rôles sont répartis, Jean gère la mécanique et la logistique, moi la navigation et l'ouverture, Biké, lui, paie. Et il paie tout !

« T'as pas le choix Biké, c’était TON idée les Pyrénées! »

Ainsi on décolle avec une demi heure de retard mine de rien. Hier c’était une petite journée de 400 bornes et nous étions partis tard (en fait 450, ai-je déjà avoué mon enclin pour les détours et diverses prolongations?) donc je ne pouvais pas évaluer objectivement notre rythme et notre heure d'arrivée. En vérité on aura laissé tomber d'emblée le rythme « tout à toc » des Cévennes pour encaisser physiquement les sept jours à venir. C'était seulement à toc dans les virages et tranquille ailleurs. Bon y'avait pas grand chose d’autre que du virage quand j'y repense…
Bref aujourd’hui c'est la dernière petite étape test de 400 km, celle où je dois me rendre compte si les kilométrages des RB prévus sont réalisables sans arriver à point d’heure ou complétement déconnants. A partir du lendemain on attaquera les 500 bornes de virages de montagne journaliers. Je ne suis pas complètement inconscient! Je ne pense pas à la liste des courses en roulant moi (conasse!), quand même à deux trois trucs.
J'essaie de ne rien laisser transparaitre même si je ressens une légère pression monter en moi amplifiée par les doutes exprimés par Biké.

Jusqu'ici tout va bien. L'important ce n’est pas la chute mais l'atterrissage, enfin tu connais.
Une précision. J'aime reprendre les choses là où je les ai laissées. Donc on va filer en Espagne reprendre l'histoire au point précis où je l'avais l'abandonnée trois ans auparavant mais on va aussi et surtout la relire à partir des Cévennes, depuis Lodève et sa boucle magique découverte avec Jean et Stéphanie ; personne n'y échappera !


Right here, right now !

On démarre par les cirques de Navacelles, ensuite le plateau avant la descente boisée sur Lodève et sa remontée de course de cote incroyable, puis la boucle à l'étroit bitume parfait tout en enchainements de pif, paf, doubles gauches, triples droits, tout ce que tu veux, tout est possible, c'est comme chez Hassen Cehef !

https://youtu.be/7fV7_jM97RA

Bon je ne vais pas en écrire des kilomètres ce fût ainsi durant tout le trip, gavage constant!

Une durée indéterminée plus loin nous quittons les Cévennes pour quelques encablures moins extrémistes mais tout aussi joueuses. Comprendre un tracé plus large et une vitesse idoine. J'atteins la dernière réminiscence qui me sépare de mon Graal espagnol, le col qui descend sur Lézignan-Corbières. Après je ne me rappelle plus la route. Mais là au sommet je me souviens qu’on voit la mer au loin, très loin, imbriquée dans l'horizon aux reliefs décroissants.
Bon les gars tout va aller très vite.
Je pointe un index insistant vers le bleu lointain (quand même pas le droit, je ne sais plus).
Z'avez-vu ?
J'insiste.
Jean voit. Biké je ne sais pas. Au mieux il se souviendra avoir ralenti sur un sommet.
C'était la Méditerranée.
Et on ne la verra pas de plus près, nous devons regagner la montagne. Alors gaz ! On est pas venu pour le tourisme.
Tout du long Jean et Biké en ont rigolé. Mais je suis bien conscient d’avoir joué maintes fois le psycho boy en mode « on s’arrête uniquement pour remplir les réservoirs ».

Passé ce bref interlude, de nouveaux reliefs nous font face, la montagne est là, les petites routes également. Gavage forever ! On ne l'avait pas trop quitté pourtant.

Dernier col en montée depuis une petite ville avant Ax-Les-Thermes notre étape pour deux jours, un gugus en roadster japonais quelconque nous tend la perche (à part KTM et Aprilia je n'entrave rien. Ce n'est pas pour faire genre... Je n’y connais pas grand chose aux motos en vérité), comme on est très joueur on le suit. Et je le regrette immédiatement.
Au premier droit serré le local se retrouve sur la voie d'en face, ses chaussettes bleu ciel droites dans ses Air Max.
Et si le mec se met parterre ? Je suis débile d'avoir joué avec cet énergumène qui se retourne sans cesse pour savoir où je suis, le pouce levé de satisfaction. Bah toi t'es encore plus con que moi je ne te félicite pas !
Nos directions n’étant pas les mêmes, avec soulagement, nous finirons par tourner à gauche pour une dernière descente sur Ax accompagnés de quelques gouttes de pluie.
Perdus, le GPS de Jean nous conduira en ville sur des voies improbables. Nous ne serions sans doute jamais arrivé à destination sans le GPS, mais ma carte Michelin ne m'aurait jamais fait ça !

18h55. Fait incroyable nous sommes en avance.
Alors Biké en profite pour laisser tomber à l'arrêt sa moto devant la porte de notre garage dédié.
Une fois les dégâts insignifiants établis on s'est bien foutu de sa gueule, pas d’inquiétude !

Jetage de bagages. Douche. Triple apéro. Restau. Digeo. Dodo. On verra pour le casino.

Demain ce sera la conquête du Graal épisode 1.
IP archivée

Pilou

  • ADMINISTRATEUR
  • RS GP
  • ******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 15.224
  • Localisation: Sud Gironde
  • Moto: SL 1000 Falco 2000
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #1 le: 26 janvier, 2019, 13:11:43 13:11 »

Exellent, merci pour le retour
IP archivée

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #2 le: 27 janvier, 2019, 15:08:18 15:08 »

J3 - Paradise City


Ce matin nous décollons à 9h15. Le programme de la journée est ambitieux et l'itinéraire doit nous conduire en premier lieu à Andorre dont la traversée est longue et ennuyeuse d'après mes souvenirs.
Avec ce départ matinal nous gagnerons un peu d’avance.

Une vingtaine de kilomètres après Ax-les-Thermes nous remontons sur une file de voitures processionnaires à l'arrêt. Le ruban serpente le long de la montagne sur 3 ou 4 kilomètres et disparait de notre champ de vision sur sa crête de manière presque incroyable.
Devant nous une voiture manœuvre pour s'extraire de l'emprise communautaire et réaliser ce qui me semble la réaction d'esprit la plus saine : le demi-tour. Pourtant le passage par Andorre nous est incontournable, alors nous remontons rapidement l'interminable file de bagnoles engluées dans la chaleur et les gaz d'échappement. Leurs occupants gagneront les portes du sacro saint temple de la consommation détaxée d’ici deux ou trois heures au mieux.
A la demande de Biké nous nous arrêtons néanmoins dans ce gigantesque centre commercial enclavé au creux des montagnes pour acheter de l'huile moteur.

10h55.
Avant de renfiler les casques, Biké m'interroge :
« 500 km en partant à 11h, comment on va faire ? T'avais prévu le coup ? Faudrait pas raccourcir ?»
« T'inquiète pas, tout est sous contrôle.» Et puis là techniquement il ne reste que 450 bornes.

On peut le faire. Et on va le faire ! Hors de question de rebrousser chemin si près du but. C'est pas le Dakar non plus et l'hôtel nous attend pour le soir. Evidemment je ne lui dis pas que la fois précédente, il y a trois ans, on était rentré à minuit au camping au terme de cette même boucle. On était parti beaucoup plus tard, on avait eu une galère d'éclairage et on s'était perdu. On ne s'était pas arrêté pour manger aussi… J’estime notre retour à 21h maxi avec les pauses.

« Allez Biké, à 20h on sera à l'hôtel pour l'apéro !» Il faut savoir motiver les troupes.

Contact, moteur. Je regarde l'heure sur le tableau de bord : 11h05.
Bordel on a déjà perdu 10 minutes !! Je pressens que cette histoire va être un sacré contre la montre.

Nous reprenons notre route par une deux fois deux voies. J'espère faire le plein juste avant de quitter la province, mais je rate la dernière station. Dans ce paysage il n'y a que ça des pompes à essence... C'est pas grave on verra plus loin.
Rien.
La frontière espagnole franchie, les routes sont désertes, le contraste avec Andorre est saisissant. Pourtant il faudra ravitailler impérativement pour s'engager sur les cols désertiques plus très loin désormais. J'attends la dernière petite ville située sur la carte juste avant la bifurcation convoitée, avant l'éventuel coup du demi tour. Et miracle, une station se présente à nous tel un mirage.

«Tu vois Biké tout est sous contrôle ! Tout est prévu et planifié à l'avance.»

Maintenant de la route 4+ nous attend.




Le Graal.

Ce n'est pas un simple un col ou une superbe route de 20 ou 30 km. Là c'est 130 bornes d'affilées, une route déserte qui traverse 2 hameaux et une petite ville au milieu de reliefs variés, une circulation quasi nulle, un bitume parfait et ? ET pas une ligne droite.
Magique, la route va crescendo.
Ca commence par un tracé à flanc de montagne hyper étroit où l'on se croit très vite comme sur une route fermée. La végétation est aride, le trafic nul. Ne pas oublier qu'on est (hypothétiquement) pas tout seul alors il faut bien rester sur ses gardes, tous les sens en éveil. L'erreur ici est impardonnable.
Passée la crête de la montagne la route devient dans son deuxième tiers extra large, tout en enchainements et épingles dignes d'un circuit, c'est la redescente sur Berga. 80 bornes cumulés.
Le dernier tiers, Berga – Ripoll, en apothéose. Jusqu'ici y'avait quand même deux ou trois très courts bouts de droit c'est vrai. Là cela n'existe plus. 45 km d'enchainements de virages parfois totalement improbables dans un relief vallonné dessiné uniquement de cuvettes et de remontées incessantes sans âme qui vive. Un truc de déglingo !



Sur les coups de 14h le Graal consommé jusqu’à la lie nous marquons l'arrêt dans un resto.
On remarque de suite qu’on est toujours en Espagne. La patronne fait le tour de la bâtisse pour nous accueillir sur le parking et nous conduire à la salle de restauration climatisée, ici il fait trop chaud pour déjeuner en terrasse.
La serveuse nous explique le menu dans sa langue à laquelle nous n'entendons rien. Pour je ne sais quelle raison Jean et Biké m'ont désigné comme traducteur. Cette putain de blague !
J’ai tout simplement refusé d’apprendre cette langue au lycée, et jeune je pouvais être encore plus buté qu'aujourd’hui. J'écrivais en français et je rajoutais des « a » à tous les mots, c'était a-b-u-s-é !
Ces lointains souvenirs rejaillissent de ma mémoire à cet instant précis, en même temps que deux trois notions d'Espagnol finalement…

« Tu n'as rien compris à ce que je viens de te dire ? » m'interroge la serveuse à la fin de son explication.
« Oui !!! » Cette sentence est peut-être la seule que j'entends clairement.
On choisira le plat « muy a gusto » selon elle et on oubliera un peu la montre le temps du déjeuner.

L'horloge sur le tableau de bord du Tuono ne s'est pas arrêtée elle. Il faut repartir vers notre chère patrie, le Prats de Mollo, Amélie-les-Bains, où nous abandonnerons la route à chèvre qui traverse au plus court le relief nous séparant de notre destination pour 20 bornes infernales jusqu'à la prochaine option désirable. Dans la chaleur et la circulation intense (habitués depuis trois jours aux routes désertes, la présence d'autres véhicules nous révulse littéralement), ce chemin de croix nous paraît interminable.
Proches de Perpignan, nous nous engageons sur une petite départementale perdue qui devrait nous redonner le sourire. C'était sans compter sur cette satanée bagnole derrière laquelle nous resterons bloqués pendant 10 bornes. Dans certaines situations même la cavalerie n'est d’aucun secours…Enfin une ouverture se présente à nous avec un bout de droit, et quatre motards nous font signe en sens inverse. Je les ai maudit. Dix bornes qu’on avait croisé personne !
Le champ enfin libre nous gazons promptement vers un « je ne sais trop où », une halte qui devra avoir lieu au plus vite pour se réhydrater. Il doit être 17h.

18h. Go pour notre chez nous.
La N116 sans passer par le petit col prévu au RB retour pour éviter Andorre. Le temps de rejoindre Font Romeu la route menant à l'American Way of Life devrait être déserte. Les bouchons c'est 9h/18h, après c'est la lobotomie télévisuelle sur écran plat 4x3 acheté en zone détaxée.
Avec l'altitude et la fin de journée, l'air se faisant plus frais, la route moins fréquentée, notre condition physique se ravive, gros plaisir sur le col de Puymorens et avant. Et jusqu’à Ax avouerais-je.



Arrivée 20h30 ! Y'a rien là ?!!
Apéro tout de suite après la douche.

Dîner au resto, ensuite Biké ira ériger lui même sa dernière pierre tombale. Il n'a plus besoin de nous pour ça. Avec Jean j'irai terminer la soirée au casino. Très grande classe Jean partagera les gains à parts égales, selon lui il aurait bénéficié de ma chance de débutant…

« On joue le 3 ! »
C'est notre chiffre.




J4 - Alien days


8h30. Au comptoir notre jolie tenancière blonde me présente la note pour les deux nuits passées, je lui tends ma CB.
J'ai un peu la tête dans le cul. Mais pourquoi ils ont dit qu'elle était moche ? Elle est super mignonne oui !
« Alors à jeudi.» conclue-t-elle.
T'excite pas ma belle. Dans deux jours nous devrions revenir à ton hôtel c'est ce qui est prévu. Certains même t'ont confié quelques bagages en attente mais moi je n'abandonne rien. Tu sais on roule avec Biké nous. Pas sûr qu'on revienne. Il doit y avoir des hostos aussi vers Bayonne.
« Oui à jeudi, bonne journée. »

Je retrouve Biké seul dans le garage, Jean parti régler sa note.
Biké : « Il est où mon bidon d'huile ? »
Je la joue tepu.
« Ah bah Jean il a fait le niveau de sa brêle et après il était vide alors il l'a jeté à la poubelle. La poubelle jaune je te rassure, on est pas des gros bâtards.»
Quelques secondes de flottement et je devine une larme perler au coin de l'œil de Biké.
« Mais non, on t'adore mon Biké ! Jean a fait le niveau de vos deux motos et même on a graissé ta chaîne. On t'aime beaucoup!»

Arrimage des bagages et départ. Objectif numéro un, l'essence.
Hier il fallait jouer contre la montre. La tête dans le guidon à la descente du Puymorens je repérai un panneau routier qui nous indiquait Ax à 57 km. Un coup d’œil sur le compteur et j'estimai notre autonomie à 60-65 bornes avant la panne sèche. On fût laaaargeee.
La prochaine station à trois kilomètres est ralliée sans encombre. Aussi Jean en profite pour démonter sa brêle dans l'espoir de régler son problème de shifter apparu la veille. C'est le down qui ne fonctionne plus, peut-être faudrait-il tout déconnecter…

Nous repartons assez rapidement, aujourd’hui c'est journée marathon. Qui a dit encore ?

Ensuite ce fût un enchainement habituel de petites routes et de virages à n'en plus finir. La routine. Nous ne fumes pas rémunéré pour, mais ce fût notre labeur de la semaine. Un travail agréable et sans encombre, enfin peut-être pas pour tous…



Les contrées traversées furent une découverte pour chacun et nous attribuâmes des +, double + et même triple + tout du long. Nous déjouâmes les éléments, avançâmes nos jokers sur les sombres horizons, prîmes les paris, bref nous niquâmes sa mère à cette tepu de météo quelque peu capricieuse.

Pause déjeuner dans un estanco comme officine de concours de pétanque. Merguez frites bière.
Biké boit de l'eau… Je vous ai dit qu'il était crâmé, physiquement ? Respect mec ! Dans ces conditions moi jamais je n'aurais fait ce que tu as accompli jusqu'alors, et la moitié du trip n'est pas encore franchie. Reste fort !

La pitance avalée nous repartons pour d'autres routailles encore, toujours vers l’ouest.
Au pied du col du Tourmalet un supermotard Husqvarna (ça je reconnais les couleurs) croisé peu avant l'embranchement fera demi tour. Pour nous peut-être ?
Arff !Ouais j’avoue, j’ai pas fait signe. Je m’excuse. Je surveille constamment la route, la carte, la montre, le rétro, la circulation, bref je suis bien occupé. Si ça se trouve on a affaire à un psychopathe. Je sais ce que c'est, j'en ai un de supermot.
Ici on a pas l'avantage du terrain, la route est piégeuse et sale. Je fais signe immédiatement au deux temps derrière moi de passer, sans réaction de sa part. Moteur alors! C'est ça ? Ce sera notre seul atout ici. Les V4 hurleront avec en écho un bruit de deux temps qui reviendra à l'entrée de ces trops nombreux virages à l’aveugle.
Nouveau signe de la main. Vas-y mec passe, nous venons en paix. Après il nous a ouvert la route et proprement, c'était super.





18h, au pied du col d'Aubisque au sommet drapé d’une épaisse couverture nuageuse nous effectuons une pause avant ce qui sera sans doute le moment le plus mémorable de notre trip, ce que nous ne savons pas encore bien évidemment.
Avant de fermer les visières :
« T'inquiète Biké dans deux heures nous serons arrivés, promis, on est larrrgeee ! »
De toute façon je n'ai que deux réponses :
1- « Il reste une centaine de bornes avant l'arrivée. »
ou
2- « L'arrivée ? Dans une 1h30 -2h grand max.»
Si je sors une de ces deux répliques, ce qu'il faut comprendre : je n'en ai aucune idée.

A mesure de l'ascension du col la brume d'abord lointaine devient plus présente plus lourde, la montagne nous engloutie peu à peu dans son épais manteau humide. Sans espoir d’échappatoire le blanc devient obscur. Le feu rouge scintillant de la voiture devant nous sera notre fil d’Ariane. Peut-être deux ou trois autres ouvrent notre convoi. Je distingue seulement la première juste devant et quelques idées de précipices aussi. Nous couperons les moteurs sur la descente dans une quiétude improbable. Qu’il est bon dans cette ambiance de rouler la visière levée, se parler de vive voix, d'écouter le calme absolu autour de nous.
A vrai dire la mièvre poésie ça me gave vite fait. Et là on a passé une heure pour accomplir trente bornes. La brume volatilisée il est temps de redémarrer les V4. Vrroaboummm ! Première enclenchée, gaz. On remonte notre convoi jusqu'ici invisible. Y’avait bien huit bagnoles devant nous mine de rien.

Nous nous arrêtons à la première station service rencontrée au pied de la descente. Tous les reliefs alentours sont recouverts de cette même brume durement traversée.
« Qu'est ce qu'on fait ? »
Il doit être 19h. Ca me fait mal au cœur mais on va être obligé de raccourcir pour arriver dans des temps raisonnables. Point carte. Nouveau calcul d'itinéraire en cours. On va contourner les reliefs, éviter le brouillard et peut-être la pluie, tirer au plus facile, au plus rapide par les grands axes.
Très vite la pluie s'abattra sur nous pour quelques longues minutes. A la faveur d’un rond point je m'arrêterai pour retourner ma carte immédiatement détrempée. Putain ça va chier ! Personne ne touche à ma carte.
Coup d’œil au tableau de bord. Montre : 19h30. Carte : 100 km. Résolution : bordel à 20h30 on est à l'hôtel !
GAZ !!

20h30 pétantes nous sommes sur le parking de l'hôtel de St Martin d'Arrossa pour récupérer les cartes magnétiques de nos chambres.

« Jetage de bagages. Douche. Triple apéro. Restau. Digeo. Dodo. Y’a pas de casino ici mais le serveur nous remplit nos verres de poire avec des double voire triple doses. Y’a pas que sur la carte qu’on force la dose avec les +.
IP archivée

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #3 le: 29 janvier, 2019, 21:17:29 21:17 »

Je n'avais pas averti au départ mais le CR est long, j'espère que ce n'est pas trop pénible à lire, du moins pour ceux qui ont réussi.
Faut voir ça comme une BD ou un scénario de film de série B, bref une histoire avec beaucoup de second degré. ;)



J5 : Ch-check it out

La veille nous avions décidé de raccourcir la boucle dans le pays basque prévue pour le lendemain et de dormir un peu plus longtemps. Aussi Biké resterait pour la journée à l'hôtel et Jean devrait régler le problème de son shifter récalcitrant.
Nous commençons la journée par un atelier mécanique. Jean démonte le réservoir pour débrancher le fil du shifter et le neutraliser définitivement. L'opération sera réalisée non pas grâce aux trois pauvres outils présents sous la selle mais plutôt avec ceux transportés dans mon sac. Faut savoir être prévoyant pour ce genre de périple.
Enfin, prévoyant, c’est vite dit. Apparaît aujourd’hui un paramètre à gérer deux étapes plus tôt que je ne l'avais supposé : les trois pneus arrière sont sur les témoins.
Déjà ! Arggg !!!
Néanmoins en fin de matinée nous quittons l'hôtel Jean et moi avec comme objectif l'océan.
Nous traversons quelques reliefs verdoyants du pays basque. Une impression s'impose d’emblée, il faudra revenir un jour explorer cette région magnifique, à l'occasion peut-être d’un voyage dédié qui sait.

Si quelques jours plus tôt nous n’avions qu’entraperçu la Méditerranée nous déjeunerons au bord de l’Atlantique dans un restaurant sur le port de Ciboure.



Ensuite, la problématique des pneus en tête, nous décidons de tenter notre chance chez le Dafy moto de Bayonne situé à 30 km au nord de notre position actuelle.
Surtout il faut se pointer à l'improviste, ne pas téléphoner avant, c'est ainsi que nous maximiserons nos probabilités d’être dépanné.

« - Bonjour ! Ce serait pour monter deux pneus, c'est possible ?
- On est overbooké, ça va être compliqué là tout de suite.
- On est en trip moto, on vient de loin, toussa…
- Attendez je vais voir avec le mécano ce qu’on peut faire. »

On aurait téléphoné c'était mort. Là on devine de suite que c'est gagné. Et les deux pneus arrière seront remplacés dans la foulée. Génial !
Nous prévenons Biké par téléphone de la situation et lui demandons s'il a géré de son coté le changement de son pneu. Pour lui RDV le lendemain à 10h ici même. A l'opposé de la route pour l'Espagne, donc pas très raccord avec nos plans.
Alors Jean repart négocier auprès du vendeur une intervention sur le 3e Tuono le soir même. Parallèlement le patron me conduit dans son bureau me montrer sur Maps le RB que l'on doit « absolument » suivre pour un « gavage assuré ».

Retour sur le parking. Jean a bien négocié. Biké prévenu il partira immédiatement de l'hôtel pour un montage avant la fermeture du magasin. Le patron quant à lui nous donne ses derniers conseils sur le roulage en Espagne. Le bitume très abrasif qui tue les pneus ; la panne d’essence possible dans les zones désertiques ; la diplomatie à respecter avec la brigade florale du type « surtout tu fermes ta gueule».
Toute l'équipe du Dafy a été géniale et drôle, le top !
« Et puis si vous voulez repasser vendredi on vous montera des slicks ! » lol

Sur ce nous repartons direction St Jean Pied de Port, à 10 km au sud de l'hôtel, dans l'idée de roder les pneus sur quelques spots indiqués à proximité.
A mi chemin qui croisons-nous ? Dis-moi pas que c'est pas vrai! Je reconnais immédiatement la face du Tuono et la grande carcasse dans son cuir Furygan, à qui j'adresse un coucou explicite et bien appuyé. Biké nous répond d’un tout petit V…mais il ne nous a même pas reconnu ! A croire qu’il roule en Harley Davidson.

Le premier col conseillé n'est plus très loin, le tracé grimpe vers un relief duquel se déverse une épaisse brume humide. Encore. Résolus nous ferons demi tour au bout d'une vingtaine de kilomètres. Inutile de s'entêter pour une route détrempée que nous pourrons poursuivre le lendemain sur le sec.
Et il se fait tard. Alors on décide de rentrer à l'hôtel avec en mire les dix bornes finales de la large départementale empruntée plusieurs fois depuis notre arrivée tout en grandes courbes. Soit gaz !
On coupera le métal hurlant juste à la bifurcation pour l'hôtel.

Sur le parking quelques minutes à peine après notre arrivée, une dame s'avance vers nous :
« Ah oui…C'est bien vous les motards qui viennent de nous doubler ? On avait reconnu les motos avec mon mari. »
Echange de regard furtif et complice entre Jean et moi. Arff...
Jean : « J’espère qu'on vous a doublé prudemment, pas trop vite. »
La dame : « Oh…oui, nous sommes très prudents avec les motards, on s'écarte toujours. Vous ne rouliez pas très vite».
Mais qu’est ce qu’elle dit, elle ? On était taquet ouais ! Tu veux qu’on retourne dans le grand gauche pour voir ?
« Bonne soirée à vous.»

Dernière soirée dans le pays basque où décidément les doses bar ne sont pas du tout les mêmes que chez nous. Les V4 consomment, leurs pilotes tout autant.

Demain ce sera l'Espagne toute la journée pour 500 bornes qui je l'espère seront de la même teneur que la route empruntée deux jours auparavant. Je le convoite depuis si longtemps. Ce sera la conquête du Graal épisode 2 assurément.




J6 - Lost in translation

9h sur le parking de l'hôtel Chez Katina. Le ciel est d'un bleu limpide, les sacs sont arrimés, le séjour à l'hôtel réglé, les pneus arrière rodés, nous sommes équipés, les moteurs ronronnent. Ce matin tous les augures sont de notre coté pour que cette journée soit inoubliable. On baisse les visières et go pour l'entrée des manèges à dix kilomètres de là.
La veille dès mon retour à l'hôtel j'avais déplié les cartes sur le grand lit pour adapter au mieux notre itinéraire selon tous les conseils donnés par notre très aimable St Christophe local. Nous débutons ainsi par la départementale si difficile à trouver hier dans Saint Jean Pied de Port, cette fois la route est quasi sèche, quelques zones humides seulement encore présentes. La frontière espagnole très proche est marquée uniquement par une petite zone commerciale délabrée, sans cela impossible de deviner le passage officiel entre les deux pays. Très vite le vif du sujet est atteint, la route commence à tourner sévère. Celle-ci nous avait été décrite comme un gavage assuré, ce qui est plutôt le cas, mais…
A vrai dire émerge à ce moment un syndrome qui finit toujours par apparaître dans tout bon road trip. Le syndrome de la fine bouche me gagne, le plaisir de la route doit être comme la gastronomie. Sans doute habituée aux restaurants deux ou trois étoiles, l'appréciation gustative évolue, les références ne sont plus les mêmes. Alors elle est bonne mais des routes équivalentes on s'en est goinfré des tonnes depuis le départ. J'accorderai une note d'1,5 +. Oui, je deviens difficile. Aujourd’hui la barre est placée très haut qui plus est.

Désormais nous poursuivons notre quête vers le sud, vers le Graal promis. Le chemin bifurque à gauche sur une belle route de montagne déserte. Désert, c'est le qualificatif qui frappe en premier l'esprit dans ces contrées. Non pas un désert minéral car les paysages certes arides sont parsemés d’une végétation persistante adaptée aux fortes chaleurs, mais un désert d'humanité. Nous traversons tout juste quelques hameaux sur de nombreux kilomètres dans une absence totale de circulation. Et pourtant c'est une nationale, un axe majeur qui joint l'ouest à l'est du pays à travers les Pyrénées.
La station essence du premier bled rencontré marque l'arrêt pour un ravitaillement à bas prix. Des Espagnols attifés en chasseurs sirotent le café autour de tables disposées en recul des pompes à essence. J'entends presque le duo guitare-banjo de Délivrance. Je déconne. Y'a la télé dans le bar.
Le Coyotte de Jean affiche les 60 prochaines bornes en couleur vert clair et sur ce territoire les points de contrôles sont signalés très précisément. Ceci dit je n'entends jamais les coups de klaxons et autres avertissements de la part de Jean, je dois bien l’avouer.

C'est reparti. Cols, défilés, les tracés sont bons, le plaisir bien présent, surtout les paysages sont dépaysants. La carte nous conduira jusqu'au lac de Yesa que nous ne verrons pas.
Arrêt sous un soleil cuisant, il faut s'hydrater. J'en profite pour jeter un œil à mon pneu avant qui tire bien la gueule après ces premiers kilomètres espagnols.
Comme une envie de pleurer… Bordel, j'aurais du/pu le faire changer hier. Cette idée me désole encore plus.



Ensuite c'est un intermède de lignes droites incontournables jusqu'à Jaca puis Sabinanigo, où j’ai grand espoir au vue de la carte que la route redeviendra joueuse. Alors vient le départ d'un col aux allures d'autoroute. Une quatre voies extra large au bitume parfait, à l'absence totale de trafic, mais totalement dénuée de sensations. Il faudrait rouler au moins à deux fois la vitesse autorisée pour transformer ces immenses courbes en virages. La déception pointe.
Me suis-je trompé dans mon interprétation des parchemins ? C'est rare pourtant, en général je réussi plutôt bien l'exercice… Je suis déçu de moi. Et la déception va s'éterniser sur 100 kilomètres. Où est-il mon Graal promis ? J'essaie de comprendre et me replonge sur la carte qui d’habitude ne me ment pas. Par endroit quelque alternative était possible mais dans l'ensemble la lecture était raisonnée. Le Graal ne peut être ici telle est ma conclusion logique. Et sans doute même est-il unique et l'avons nous déjà conquis trois jours auparavant.
A ce moment tous les échos entendus au préalable resurgissent à mon esprit : bitume parfait, route déserte, soleil, paysage magnifique,etc. Bordel de merde, le paramètre principal et premier qui doit dominer et cela très largement tous les autres est : le virage (serré). Bordel ! De ! Merde !

Comme compensation me vient l'envie d’immortaliser la montagne qui émerge du panorama. Et pour une fois que JE provoque l'occasion d'une photo on me plante une usine dans le décor ! Plus jamais on ne s'arrêtera pour des photos, c'est décidé.



Pour le déjeuner, nous nous arrêtons dans un routier déserté depuis les années 60 au moins. La restauration est servie à l'intérieur, dehors ce n'est pas possible dans la chaleur ambiante. La pièce principale à l'immense comptoir évoque une ancienne salle de théâtre ; nous sommes invités dans une succursale meublée au goût d'un autre siècle.
La mamie tenancière nous installe et développe le menu en s'adressant à moi quasi exclusivement, entre quatre yeux. Ensuite les regards de mes deux compères se posent sur moi l'air d’attendre des réponses à des questions existentielles.
Mais je ne parle pas l'espagnol, bordel ! Je décide d'inventer.
« Alors ça c'est une salade de calamars et ça c'est du porc. » Je dis n'importe quoi, avec aplomb ça passe.
Jean méfiant commande en entrée les pastas, faciles à traduire. Je fais le même choix évidemment. Biké lui choisit ma salade de calamars. Une assiette de charcuterie avec deux feuilles de salade lui sera servie ensuite. Premier fou rire. « Quentin faudrait que tu révises ton espagnol » m’annonce Biké. LOL. 2e fou rire vu mon passé scolaire en la matière.
En plat principal nous prenons tous le « muy a gusto ».
Le dessert. Jean ne tombe décidément pas dans le panneau et se rabat sur le melon. Je conseille à Biké un choix identique au mien « latartalapecha », la tarte à la pêche selon ma traduction.
Non mais le fou rire quand la mamie nous a présenté chacun une coupelle sur pied contenant un flanc indescriptible. Presque je me serais pissé dessus.

Le repas à l'heure espagnole achevé nous reprenons la route. J'étudie sur la carte deux modifications d’itinéraires possibles, nous abandonnerons cette route indigne quitte à emprunter des détours par le nord ou le sud, je déciderai au moment apportun.
Non loin de Pont de Suert nous bifurquons vers le nord qui me semble plus judicieux avec cette lourde chaleur, direction Vielha de l'autre coté de la montagne. Et ce massif nous n'allons pas le surmonter ou le contourner, nous allons littéralement le traverser de part en part via un immense tunnel.
La température actuelle extérieure est de 37 degrés, attention nous allons pénétrer une zone de turbulence, veuillez accrocher vos ceintures.
A peine la porte du tunnel franchie une grande fraicheur me saisit immédiatement, le dénivelé tombe à pic provoquant avec lui une très étrange impression. A mesure de notre chute la température ne cesse de baisser, jusqu’au point où j'en viens à me demander si mon cuir ne va pas finir par givrer, j'en ai presque mal aux bras. Aucun véhicule dans les deux sens un vrombissement se fait entendre. Au départ lointain et de plus en plus agressif à mesure de notre descente. Sommes-nous en route pour le centre de la terre ? Le bruit devient assourdissant malgré les bouchons d’oreille, le froid quasi insupportable, je suis presque effrayé. Le bruit se rapproche inéluctablement. Finalement j'en dépasse l'origine en même temps que je la comprends, elle provient d’énormes moteurs de ventilation. L'agression sonore s'amenuise en même temps que des rayons de lumière jaillissent au loin, nous sommes sauvés !
Nous atterrissons sur d'autres versants, un tout nouveau décor montagneux ponctué de crêtes pointues et noires indiscernables depuis la vallée précédente, Vielha est tout en bas au creux de la cuvette que nous survolons.



Nous enchainons par un col, un défilé, encore. C'est toujours bon. La route qui longe un cours d’eau surtout avec son bitume noir tout neuf et ses virages enchainés magnifiquement les uns aux autres jusqu'à la Seu d’Urgell où nous effectuerons une dernière halte salvatrice en contrée espagnole. Ensuite ce sera le dernier galop jusqu'à Ax les Thermes en passant par quelques cols puis Andorre. Entre temps mon pneu avant finira par rendre l'âme. Son profil complètement déformé par la route rendait la conduite de la moto incertaine et floue depuis le milieu d'après midi, cette fin de journée elle en deviendra presque dangereuse.



Petit arrêt au Pas de la Case vers 19h passées. Ax est juste en bas à une trentaine de kilomètres, autant dire que nous sommes arrivés.

Nous retrouvons notre hôtel d'il y a deux jours sans l'accueil de notre charmante blonde.

Jetage de bagages. Douche. Triple apéro. Restau. Digeo. Dodo. Pas de casino.

Au cours de la soirée j'affranchirai Jean et Biké à propos de mes problèmes de pneu avant.
« Soit je remplace mon pneu demain, soit on rentre tranquille en mode balade sur les deux dernières étapes, comme vous voulez. »
Ce à quoi ils répondront unanimement: « Fais changer ton pneu.»
IP archivée

lbourrin

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 26
  • Localisation: Finistére
  • Moto: Tuono RSV 1000 R - 2006
    • Les quadrupédes motorisés
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #4 le: 30 janvier, 2019, 21:45:03 21:45 »

ben alors ? et la suite ? j'attends là ! ;)
 Allez hop au clavier ! envoie !
 :P
IP archivée

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #5 le: 31 janvier, 2019, 22:54:52 22:54 »

J7 – Dr D’Enfer

Aujourd'hui nous entamons le début de la route retour. Deux étapes nous séparent de Lyon et aucun road book n'est défini à l'avance.
Pour ces journées je prévoyais d’aviser en fonction du ressenti sur le vif ; j'aime beaucoup l'improvisation que peut seulement provoquer la navigation à la carte. Suivre le feeling c'est aussi ce qu'il y a de super bon dans un trip. Cela dit le gîte du soir est réservé. Tout ce que j'avais en tête c'était une première étape avec quelques nouveautés régionales et une seconde remplies de morceaux d'anthologie cévenoles et ardéchois. La fin d'un trip c'est le plus important. Qui plus est quand il s'agit une balade très intense comme celle que nous avons vécue jusqu'alors. Un dernier bon gros gavage de deux jours est indispensable.
Pour tout dire cette 7e journée non programmée devait être aussi l'occasion d'un éventuel changement de pneu. Après 2500-2700 bornes, c'est à ce moment qu'aurait du apparaître la problématique des pneumatiques. Je n'imaginais pas avoir déjà passé un pneu arrière et déglingué l'avant à ce moment de l'histoire. Mais j’avais pas tout faux.
La ville de Foix non loin de notre position aurait pu aussi être l'occasion de voir ressurgir les lointains souvenirs d'un trip effectué dans cette même région avec mon frangin. C'était il y a une quinzaine d’années. Nous nous étions arrêtés dans la concession Aprilia de Foix pour remplacer les pneus à l'improviste. Certaines choses changent d’autres pas. A l'époque chevauchant une SVN jaune à carbu, c'est la RSV 1000 de 2002 noir mat et rouge qui me faisait rêver (je craquerai quelques années plus tard pour un Tuono 2004, noir et jantes rouges). Aprilia forever.
Alors peut-être la concession existerait-elle toujours ?
9h, coup de fil au magasin qui s'avère toujours en activité. On m'aurait très volontiers aidé mais il n'y a que du Bridge en stock alors que je tiens au Pirelli. Merci quand même.
Finalement ça tombe bien. La route vers Foix aurait été un retour en arrière mémoriel pas indispensable, autant que géographique ; le moment présent et aller de l'avant c'est beaucoup mieux.

Je retrouve Jean et Biké devant le garage : « on laisse tomber Foix, on tire sur Carcassonne et son Dafy. »

Alors gaz pour Carcassonne, le check point obligé du jour. Il faut faire fissa, une arrivée entre 11 et 12h serait parfaite pour un changement de pneus juste avant la fermeture de midi ou à la réouverture de 14h (il faut être optimiste à ce jeu là), mais ce n'est par pour autant que l'on va oublier de passer par toutes les petites routes qui vont bien pour relier notre destination.
« Et on va voir si j’ai perdu le Mojo avec la carte Michelin ! » me lancerais-je à moi même.

Dans l'ordre en partant de Ax. Col de Maramare, col des Sept Frères ensuite la troisième à gauche pour le col de la Croix des Morts jusqu'à Bélesta. Ici à droite pour le col de la Bourade jusqu'à Puivert où on prend à gauche jusqu’à Chalabre. Là c'est à droite pour les cols de St Benoit et de l'Espinas jusqu’à Limoux et enfin on récupère à gauche les 25 derniers kilomètres, dénués d'alternative joueuse, de la D118 bien roulante jusqu'à Carcassonne.
A 11h nous sommes aux portes de la ville. Pas celles de la cité avec ses remparts fortifiés que nous ne verrons d'ailleurs jamais (psycho forever) mais celle de la zone artisanale comme il y en a une dans chaque ville, conçue selon les mêmes plans, avec les mêmes enseignes, les mêmes parkings.



11h15, nous sommes chez Dafy moto Carcassonne.
« Bonjour, ce serait pour un pneu, on est en road trip, toussa toussa.».
Mais ça ne gagne pas à tous les coups. Alors on m'indique avec espoir un pôle moto tout proche.

11h30, Moto Axxe (jamais vu cette enseigne ailleurs que parmi les pub d'Eurospub avant les GP) qui regroupe aussi KTM, Kawa, Honda, Suzuki, Aprilia et puis toutes les autres marques de la production.

« Bonjour, ce serait pour un pneu, on est en road trip, toussa toussa ». Pas besoin de tout ça en fait.
- Oui c'est possible, qu'est ce qu'il vous faut ?
- Un Rosso Corsa ou un SuperCorsa SP. »
Le Génie descend dans sa caverne d'Aly Baba que je surplombe de visu. Sur la pile de pneus superposés j'aperçois immédiatement l'objet de mes désirs. Vas-y fais péter le SP je t'en prie.
« - Il ne me reste que du Supercorsa, ça vous va ?
- Oui ça m’ira très bien. Je brosse la lampe. Vous voulez que j'enlève mon sac de la selle arrière ou bien?
- On va gagner un temps précieux, on ferme à midi, alors non ce n'est pas la peine. »

Oh bordel. O-h p-u-t-a-i-n. On est chez Hassan Cehef !
Et si je te dis Jean il prend le dernier Super Duke bien méchant, Biké le 1000 Gex tout neuf et moi le SMC R qui sont là en exposition et qu'on va faire un tour le temps du changement de pneu, tu me dis quoi ?

A 12h15 on était reparti. ROYAL.

Nous marquerons l'arrêt seulement une vingtaine de kilomètres plus loin sur la D620. Pendant ce court laps de temps je ressentirai déjà une étrange impression avec ce pneu avant tout neuf.
On déjeune, on se casse.
Nous enfourchons nos motos pour une cinquantaine de bornes de routes à chèvres et autres tracés montagneux totalement inconnus. Je reste prudent avec le pneu neuf alors que perdure et s'installe cette très étrange impression qui m'a gagné dès le départ du garage moto.
A la faveur d'un arrêt j'irai jeter un œil aux inscriptions présentes sur les flancs du pneu.
Ah ouais je comprends mieux…SC1. Et je comprends mieux le tarif aussi.
A Saint Pons de Thomières, c'est soit à droite par la sinueuse mais principale départementale vers notre destination soit à gauche un col certainement moins emprunté et qui en promet beaucoup sur la carte, mais synonyme de détour. Je prends à gauche, ils ne le sauront jamais.
J'ai un truc à vérifier avec le train avant de mon Tuono là maintenant tout de suite !
Et il est devenu un véritable scalpel. Il est vif, précis, doté d'un retour d’information sur la route et un grip incroyables. Il transcende le Rosso 3, monté quelques jours plus tôt à l’arrière, certes doté d'un très bon grip mais au profil qui rend la moto pataude dans les enfilades. Comme le jour et la nuit.
Hassan m'a monté un pneu envouté c'est certain. J’ai la savoureuse impression que je pourrais faire demi tour dans les virages tellement ça tient. Ayant tendance à jeter la moto au dernier moment dans le virage là je suis persuadé que même passé le panneau trop tard la moto pourrait revenir en arrière pour prendre le point de corde et repartir aussi sec. Le ressenti du survirage et du jeté de moto sont tout simplement magiques.

Il en sera ainsi tout le long du col du Cabaretou vers le Nord où au sommet à droite il faudra suivre cette route à chèvres qui se transformera vite en piste de kart au bitume parfait jusqu'au col de la Bane avant de tourner encore à droite plein sud pour les magnifiques cols de Font froide et du Poirier. On aura tourné en rond sur une cinquantaine de bornes et pour l'ensemble de cette œuvre j'accorderai un triple + largement mérité.

Petite pause juste avant la fin de cette boucle sensationnelle.
« Tu ne serais pas en train de nous faire tourner en rond par hasard ? Plein nord au début ensuite plein sud. Le soleil nous a tourné autour !» C'est Jean qui m’interroge.
« Ah…tu as compris ?!» Me voilà démasqué.
« Mais je suis sûr que Biké non ! Hein Biké ?»
Biké n'a rien capté lui. Pas même les vautours qui tournent en cercle haut dans le ciel convoitant sa carcasse depuis l’Espagne.
Note pour plus tard : ne plus faire le coup de la boucle en loucedé à Jean. A Biké oui !

Après cette franche rigolade, nous reprendrons la départementale logique jusqu’à Bédarieux. Viendra ensuite le Bousquet d'Orbe et plus loin le départ de la spéciale de course de cote de l'aller cette fois en descente aussi géniale dans un sens que l'autre.

Ainsi nous arrivons à Lodève. Ensuite ce sera la montée fantastique jusqu'au plateau désertique qui domine les cirques de Navacelles et qui commande plus loin la redescente musclée sur les gorges de la Vis. Pour l'heure il est grand temps de faire le plein de carburant.
L'esprit en quête d'une station essence, quelques encablures passées Lodève mes souvenirs me rappellent finalement la réalité du terrain, ravitailler est impossible dans les parages, alors stop.
Je ne vais quand même pas leur faire le coup de la peine d’essence pourtant un classique du road trip. Enfin avec moi. Comme on est tous en Tuono c'est moins drôle !
Jean checke son smartphone qui indique la station la plus proche à Lodève, sept bornes derrière nous (parfois la technologie a du bon).
Ca va. J'aurais pu m’entêter beaucoup plus longtemps par le passé, peut-être ai-je muri ?
A voir sa tête, Biké lui a du comprendre 20 ou 30 bornes. A ce moment c'est la plus belle et sincère interprétation de l'expression « être au bout de sa vie » qui nous est offerte. A la fois hilarante et très touchante, nous n'avons malheureusement pas pu immortaliser cette scène qui n'a d'égal que celle de Marion Cotillard mimant sa fin dans Batman. C'est vous dire si notre Biké national n'est pas passé loin du César (compressé).

Nous retournerons donc sur nos traces puis nous reprendrons la route via l'itinéraire susnommé jusqu'à Ganges où nous retrouverons notre classique « poignée dans le coin» jusqu'à Saint Jean du Gard pour finir en apothéose par la montée de la Corniche des Cévennes et son énorme gavage en mode « vers l'infini et au delà ».

Tour de contrôle à vue, rétro-freinage pour aborder la voie d’atterrissage. Notre escale pour la nuit sera l'hôtel de la Patache, là où tout a (re)commencé quasiment trois mois auparavant.
La boucle est ainsi bouclée au moins en très grande partie.



« Modifié: 31 janvier, 2019, 23:40:38 23:40 par Bourrask »
IP archivée

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #6 le: 31 janvier, 2019, 23:05:20 23:05 »

Inception

Flashback dans un flashback

L’idée de notre périple fût lancée ici même mais à vrai dire rien n’aurait été possible sans le Mojo.
Si la découverte du Graal en terre catalane, trois ans plus tôt, amena cette récompense ultime tant convoitée elle s'accompagna en même temps d’un lourd sacrifice. Quand à l’époque je rentrai, mon Mojo lui décida de rester sur cette terre sacrée.
Au retour il me fût impossible de retrouver le très singulier état de transe qui m’avait animé lors de cette prodigieuse découverte ; impossible de renouveler des sensations proches de La Route Magique.
La région Rhône Alpes pourtant gavée de massifs ne me faisait plus vibrer. Le Bugey, le Jura, les Bauges, le Beaujolais, l’Ardèche, etc plus rien ne me faisait envie. Le feu sacré avait disparu.
J’en vins à reporter la faute sur ma fidèle monture sans laquelle pourtant la conquête du Graal n’eut pas lieu. Il me fallait pour un temps désunir cette fusion bio mécanique mêlée d’os, d’acier, de chair et de carbone. Cette peinture de Giger devait être brûlée, La Brute repoussée, le Tuono R 2002 délaissé pour un temps.
Le désespoir m’amena à vendre mon âme sur l’autel du 4 cylindres. Alors je me séparai du Bon, de mon 1er Tuono 2004 noir et jantes rouges pour le V4. Dans les premiers temps rien n’y fit, l’union sacrée avec le V60 était trop difficile à scinder. Il me fallait aller chercher ailleurs ce que j’avais perdu ici.
Finalement c’est la providence qui me ramena sur le droit chemin, aidée en grande partie par le Truand. Et puis aussi Stéphanie mais ça je ne lui avouerai jamais.


Et loin, j’ai retrouvé Mon Mojo.



Genre vraiment loin.



En Tunisie…Mais c’est une autre histoire.
« Modifié: 31 janvier, 2019, 23:33:10 23:33 par Bourrask »
IP archivée

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #7 le: 31 janvier, 2019, 23:24:50 23:24 »

J8 – Retour vers le futur

Le dormeur doit se réveiller.
Et voilà nous y sommes c'est le dernier jour, ce soir chacun dormira chez soi en région lyonnaise.
Et comme à chaque fois je suis gagné par cet étrange sentiment mélangé entre le bonheur de l'accomplissement d'un projet, et la nostalgie, déjà, de son souvenir.
Qu'il paraissait le terme du voyage à notre départ du carrefour de Givors une semaine auparavant. Mais c'est comme cela à chaque fois. Un point de départ terne et familier pour une destination pleine d’espérance.
La première journée est toujours ma plus grande crainte. Relier la première étape sans casse, sans problème pour s'évader loin ; dans le cas contraire ce serait une très amère déception dont j'aurais grand mal à me remettre. Le second jour la pression est évacuée comme par enchantement et c'est le début d'une longue aventure qui paraît sans fin. Je parle des périples sur une semaine au moins. Un week-end de 2 ou 3 jours c'est déjà bien, mais une semaine, tu sais que tu vas rouler le lendemain, le surlendemain, encore et encore. Tu ne penses absolument pas au terme du voyage qui te paraît tellement loin, presque inaccessible sans encombre. Aussi il faut savoir adapter d'emblée le bon rythme, ni trop pour préserver le physique ni pas assez pour accomplir les itinéraires journaliers. Alors peut-être que ça fait un peu le type qui se la raconte. Ok, c'était pas le Dakar et on a roulé sur l'un des meilleurs réseaux routiers du monde avec hôtel resto tous les jours pour une durée sans excès. Cela dit c'est le trip le plus intense que j'ai jamais fait, je l'avoue sincèrement. Et j'en ai fait quelques uns pourtant, avec d'autres barjos. Pour tout dire et parce que ce sentiment m'a traversé l'esprit à maintes reprises durant cette semaine, j'ai eu l'impression de vivre un condensé de 15 années de road trip en un seul, avec ici pour unique objectif les sensations de conduite et rien d'autre. Et pour ça c'était énorme.
A part une brève incartade au road book pour cause de pluie et une véritable mais courte déception en Espagne, ce n'était que du virolos et rien que ça. Et uniquement du best of de spots régionaux sur plus de 3000 bornes s'il vous plait ! Faire plus je ne vois pas comment à part en changeant de pays et encore pas sûr qu’on trouve mieux ailleurs, en tout cas et pour ce que je connais, pas dans les Alpes jusqu'à sa frontière slovène. Et pour ceux qui pensent qu'on ne peut plus rouler en France (à moto avec de la vitesse), c'est une vaste fumisterie. Sans être des inconscients ou des délinquants, on ne veut tuer personne, on s'est toujours fait largement plaisir sans jamais se contraindre. Ceci dit il est certain que le plaisir se trouve sur les réseaux secondaires très peu fréquentés. Alors niveau intensité et sensations de conduite c'est le meilleur trip que j’ai pu vivre et de loin. Par contre niveau tourisme ce n'était pas ça. On a rien vu. A part des pompes à essence. On va dire que ce n'était pas l'objectif du trip même si souvent je m'en suis voulu.
Peut-être Jean et Biké m'ont maudit plus d’une fois…sans jamais aucun reproche ou déception formulée, ils sont trop cools pour ça. L'entente et la cohésion de groupe c'est le point le plus important pour une telle virée. Etre sur la même longueur d'onde et maintenir cette fréquence tout au long du voyage, c'est ce qui a permis de faire de cette grande balade un trip d'enfer ! Je re-signe avec eux les yeux bandés, c'était génial et ils sont géniaux !
Et puis comme l'a si bien dit Biké on pourrait le refaire quatre fois d’affilée, les paysages nous resteraient toujours méconnus!



Après la conclusion, la suite.



9h, parking de l'hôtel La Patache.
Ca commence toujours pareil.
Biké se pointe le dernier, comme d'habitude. On a sorti sa brêle du garage et même on lui a graissé sa chaîne comme d’habitude. Il ne pourra pas dire que nous ne l'avons pas choyé. Peut-être voudrait-il qu'on lui arrime ses bagages son sac carrefour avec les deux tendeurs à moitié effilochés aussi ?

Sur le parking il faut choisir entre une route à chèvre et la corniche des Cévennes, les deux déjà expérimentées, les deux entrées à moins de 20 mètres.
« Aujourd’hui c'est mode balade pour moi ».
Je me retourne pour vérifier, c'est bien la voix de Jean que j’entends là. Si Biké avait prononcé telle sentence je me serais fait un immense plaisir à l'emmener pour le calvaire de la route pourrie sur le champ.
« Ok, va pour la Corniche. »
Je t'aime aussi Biké !
D'façon ils feront comme ils voudront moi j’ai un SC1 tout neuf prêt pour la défonce. Autant le premier jour y'a pas le droit à l'erreur autant le dernier on peut tout se permettre. Lol hein ! Enfin, l'offensive c'est à la fin qu'il faut la mener ! lol 2

Rond point de Florac au bout de la Corniche, un phare de Tuono en réflexion dans le rétro, jusqu'ici rien d’anormal.
C'est Biké !
« Jean s'est arrêté pour une photo, il ne sera pas là avant 5 à 10 minutes. »
Compris. Demi tour pour se repositionner. En même temps que j'achève ma manœuvre j'aperçois dans le giratoire une silhouette verte et rouge passer comme une flèche.
T'avais pas dit 5 minutes? C'est Jean déjà.
Nous partons à sa poursuite. Mais le problème s'avère indénouable dans le centre de Florac avec sa voie unique étroite et une dizaine de voitures impossible à remonter. J'observe simplement le casque AGV lointain émerger en tête de la colonne d'automobiles avant de disparaitre pour filer vers une destination inconnue.

On laisse tomber ça ne sert à rien, on ravitaillera en l'attendant, il finira bien par revenir.

Quelque minutes plus tard, coup de fil de Jean.
« Vous êtes où ?
Heu…c'est quoi l'expression déjà ?
- On est derrière toi.»

Le groupe reformé nous prenons la direction de Florac jusqu'à Génolhac, après ce sera Villefort, j'en salive d’avance. Génolhac-Villefort après quasi 3000 bornes de virolos d'échauffement, le Tuono avec le SC1 devant…Pour le contexte, l'enchainement Génolhac-Villefort-Les Vans aura été pendant de très longues années mon Graal absolu avant qu'il ne soit détrôné par le VERIDIQUE Graal espagnol. En y repensant je ne salive plus, je bave littéralement.
Je ne rentre pas dans le détail mais c'était à tomber parterre tellement c'était bon.

Nous déjeunerons à la Bastide Puylaurent dans un resto où nous nous étions arrêtés au retour des Cévennes en mai. Je l'avais en tête en point de repère et comme étape certifiée par nos soins.
A chacun son pèlerinage. Pour les marcheurs chrétiens, le chemin de Compostelle, pour nous c'est une voie différente.
Au cours du repas Jean nous indiquera sa volonté de rentrer par le plus court chemin. Soit. Pour Biké et moi les voies du seigneur resteront impénétrables.

La communion du déjeuner célébrée, vient le moment de la séparation suivie de brefs aurevoirs.
« A très vite ».

Jean part de son coté. Biké me suit.
T'ai-je déjà parlé de mon engouement pour les détours mon cher Biké ?
On est pas prêt d’arriver, il reste encore tous les tracés en +, ++ et +++, cette fois en sens inverse de l'aller.

A la faveur du premier ravitaillement, nous nous posons en terrasse avec vue dominante sur les pompes à essence de notre relai. Que c'est beau l'Ardèche, c'est pas comme chez nous.
Biké m’aura bien fait rigoler et surpris aussi avec ses histoires de motos guadeloupéennes.

A partir de là je laisse tomber la carte. La navigation de mémoire peut être géniale aussi.
Enfin quand elle ne défaille pas… ou peut-être est-ce la faute à mon subconscient. Bref on tournera tellement en rond que même Biké s'en sera rendu compte.
C'est promis à Annonay on prend les routes à chèvres les plus directes.
Nous finissons par Saint Julien Molette, Pélussin, et la classique lyonnaise Givors - Rive de Giers, les derniers rayons de soleil avec nous.

Le terme du voyage est tout proche. Dix kilomètres nous en séparent seulement. Le tracé jusqu’à Givors, insipide par rapport aux kilomètres parcourus jusqu'ici est pourtant une nécessité absolue. L'obligation de franchir la ligne d'arrivée autant que celle du départ. Alors, conscient de vivre les derniers instants du voyage, serein, je m'enivre de chaque courbe, de chaque relance, de chacune de ces dernières sensations pour apprécier à sa plus juste valeur le moment qui arrive, le moment qui va marquer la fin du voyage, le moment où nous allons boucler la boucle définitivement.





Biké, Jean et moi.


Fin du flashback



Epilogue
Un flash lumineux déchire le ciel. Le tonnerre raisonne dans la vallée. Quatre Tuono lancés à 88 miles à l’heure éventrent l’espace temps à 13h27 ce vendredi 10 août 2018. Un an plus tard jour pour jour.
Hé Doc, nous sommes de retour !

To be continued.
« Modifié: 02 février, 2019, 16:21:10 16:21 par Bourrask »
IP archivée

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #8 le: 02 février, 2019, 16:45:49 16:45 »

Le Graal est une drogue.
Sa quête est périlleuse mais sa récompense jouissive. Alors une fois de plus il fallait retourner là bas, dans les Pyrénées.
Pour cette nouvelle campagne nous avons recruté notre pote Seb, lui aussi en V4 (c'est un hasard et pas une condition obligatoire). Ainsi il y aura encore plus de Tuono pour encore plus de Pyrénées.
Entre nous ce périple nous l’appelons la Tuono Cup. Ce qui nous fait rire tout en résumant bien la situation. Mais on pourrait aussi l’intituler #Retour vers les Pyrénées II ; #Les Pyrénéens / Les boules de pétanques offrez les dans les couilles, ou encore #Dans la peau de John Malko-Biké. Mais au final celui que je retiendrai c’est # On s’en bat les couilles.


Vendredi 10 aout 2018, 11h30, Lachassagne
(#uste après Anse et la montée avec les deux épingles en enfilade droite-gauche y’a un raccourci pour l’éviter mais je le prends jamais).

Le triangle rouge s’éclaire sur le tableau de bord accompagné de son acolyte SERVICE sur l’écran à cristaux liquide. Je les déteste ces deux là !
Mais je connais la blague. Si les meilleures sont les plus courtes, après trois coupures de contact et autant de redémarrages du moteur, les deux compères me font toujours la nique. Sans succès je réitère l’opération deux fois de plus pour être sûr.
« Qu’ai-je fais de mal ou mal fait ? » Pour l’instant je cause calmement à ma brêle même si on a tout juste parcouru 30 bornes et pas encore atteint le point de départ. Ca chauffe un peu.
« Tu as été révisée il y a moins de 1000 bornes, ton train de pneus est neuf, ce voyage tu l’attends tout autant que moi et, fait inhabituel et grande courtoise de ma part, je t’ai lavée pour l’occasion.
Alors qu’est-ce que tu me casses les couilles ? » Rapidement le ton monte.

Résigné je passe un coup de fil à Jean pour l’informer de mes déboires.
- « Peut-être je vais rentrer chez moi pour prendre le V2, lui changer les pneus dans l’après midi et vous rejoindre demain.
- Viens. On va voir ce qu’on peut faire. »

Soit.
Les 15-20 minutes suivantes vont sonner l’apparition des premières voix.
Ce pictogramme rouge est-il un signal ou un signe ? La machine essaie-t-elle de communiquer avec moi par le seul biais de son système de communication archaique et limité (D.A.R.Y.L. c’était le futur dans les années 80)? Simple ampoule grillée ou fusion du moteur c’est le même avertissement. Il n’y a pas de priorisation de l’information et c’est bien regrettable. Alors j’imagine des trucs. Une voix de fantôme surgie des profondeurs d’outre tombe. Ne pars pas… ne pars pas…Le ton enseveli sous 20 clopes.

Je gagne néanmoins le point de rendez-vous. Et je suis le premier. Y’en a un il bosse encore ou tout juste et l’autre il a pas pris le bon train ou tout comme.

A peine arrivé, Jean sort sa caisse à outils de secours et très vite ma moto se retrouve éparpillée au pied de l’escalier menant à la terrasse où poussent les fleurs du mal. Une larme scintille au coin de mon œil droit, le verdict tombe rapidement.

« C’est le moteur de valve d’échappement qui est cassé. Une panne courante. »
Moi je croyais que le zizzz zizzz à l’initialisation c’était le bruit de la pompe à essence…mais j’y connais rien en mécanique. J’avoue qu’un petit « contacteur de béquille HS » m’aurait bien satisfait.
« Maintenant que l’on connaît la cause il n’y a plus à s’inquiéter. » Conclue Jean.
- Pardi ! Mais va falloir me virer le voyant rouge du tableau de bord. Sinon ça ne va pas être possible ! »
En plus je suis exigeant.

Entre temps nos deux compères seront arrivés, j’aurai téléphoné à toutes les concessions Aprilia sur notre trajet en quête de la pièce défectueuse en vain, appris le montant de la dite pièce avec regret et par la même fait le deuil d’un remplacement dans un futur immédiat. Egalement j’aurai appelé Dafy pour un éventuel changement de pneus pour le V60 aka La Brute dans l’après midi même, mais l’opération semblera impossible. Ainsi pas de regret ou d’hésitation.
Je note qu’aucun de mes compagnons de voyage n’aura eu l’outrecuidance de formuler la moindre remarque quant à la fiabilité de ma moto ; le même sort pouvant s’abattre à tout moment sur l’un ou l’autre des trois autres Tuono.

- « Regarde mon œuvre ! » Comme Jean semble m’y inviter.
Je note qu’il n’y a plus une vis parterre, déjà c’est beau. Et celle là sur l’établi? J’exagère.
Un morceau de scotch noir recouvre le récalcitrant voyant rouge désormais invisible.
- « Merci Jean ! »
C’est tout ce qu’il me fallait.


Le départ.


Jean se charge de nous ouvrir la route pour regagner le Pilat. A brûle pour point je n’ai pas la tête à la navigation, mes pensées tournent en rond. Si tu ne reviens pas sache que je t’aurai prévenu!  Ce n’est pas bon de se laisser envahir par la pensée à moto. Tu te déconcentres, tu ralentis, le drame est si vite arrivé.
Soudain le GPS de Jean nous invite à nous pencher sur l’étymologie du terme « carrossable » et plus particulièrement sur son association contextuellement usitée de « route carrossable ». Déjà bien occupé par mon introspection sur l’origine de mes croyances et superstitions dans la pratique de la moto autant vous dire que la somme des sujets de fond à aborder dans un laps de temps si court me paraissait bien ardue. La solution ?
On s’en bat les couilles !
Alors gaz sur le chemin de 1,5m de large avec l’herbe qui pousse au milieu, les marches de 30 cm en sous-bois, le gravier, la terre éparpillée ça et là, et j’en passe.
D’un coup ça va mieux, le cerveau est débranché, juste connecté sur une seule tache. Réception et interprétation de l’environnement instantané pour réaction adéquate immédiate.

Ensuite Jean me parachute en zone méconnue, genre vas-y démerde toi, trouve la route.
A l’instar des cafouillages de son GPS je dois opérer un reboot de mon système de navigation interne, c’est à dire retrouver un check point connu pour pouvoir lancer la boucle. Bref je suis un peu perdu.
Peut-être ai-je effectué une manœuvre un peu large pour gagner la piste de décollage, suivi d’un court demi tour, ceci-dit une nouvelle voix s’invite dans mon casque à peine étouffée par le barouf du moteur, le casque et les bouchons d’oreille, et pas même la distance de trois motos. Cette voix ne provient pas de ma tête, j’en suis sûr ; je suis en connexion directe avec les pensées de Biké déjà inquiet du timing. Ce qui me fait sourire d’emblée. Cela dit désormais j’ai un point de repère, dans 10 minutes les choses sérieuses vont commencer.

Rive de Gier - Bourg Argental – Tence – St Agrève – Le Cheylard – Mezilhac.
Un tracé idéal pour du rodage de pneus et une thérapeutique remise en conditions.
L’hôtel des Cévennes est ainsi rallié en fin d’après midi.

Apéro !
Seb, habituellement abstinent, commande un rhum (!). A la fin de cette semaine il sera devenu alcoolique et drogué mais ça il ne le sait pas encore.
Le diner et les digestifs avalés il est déjà temps d’aller se coucher.

Au moment précis de se séparer pour regagner chacun sa chambre une révélation terrible me glace les os, un oubli impardonnable me revient subitement en mémoire, le plancher tremble sous mes pieds, la foudre et le tonnerre éventrent la bâtisse. J’ai oublié ma flasque de whisky !

Comment pourrons-nous accomplir notre pèlerinage sans notre boisson liturgique? Quel tragique destin nous attend? Biké reviendra-t-il sain et sauf ?


Teaser:
https://youtu.be/q2Se7g1DhCU
IP archivée

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #9 le: 03 février, 2019, 15:01:58 15:01 »

Samedi 11 aout 2018

Nous nous retrouvons à 8h30 pour le petit déjeuner avec comme objectif un rendez-vous à 9h au garage et un départ dans la foulée. On essaie de s’améliorer sur le timing.
L’année dernière chaque journée était un contre la montre, nous avions à peine le temps de jeter armes et bagages à l’arrivée pour la douche et l’apéro avant le diner, alors cette année nous décollerons plus tôt le matin. Ceci dit y’en a un qui n’a peut-être pas bien intégré l’objectif…
Aussi on modifie l’itinéraire initial pour emprunter les gorges de la Jonte avant notre étape finale du jour à Dourbies.
A 9h15 les moteurs s’ébrouent enfin. L’hôtel des Cévennes planté au carrefour d’une multitude de possibilités on prend à gauche pour changer. La D16 jusqu’à Sainte Eulalie qui nous permettra de rejoindre le premier tracé triple + de notre périple et le col de la Croix de Bauzon.
D’emblée la journée s’inscrit sous de bons augures, la température est un peu fraîche, le soleil radieux, les virages présents dès les premiers hectomètres. Pourtant au bout de quelques minutes un phare manque à l’appel dans le rétro. Seb et moi nous arrêtons alors que Jean effectue un demi-tour. Une intersection manquée ? Un tout droit ? Je prends les paris avec Seb. Dans le doute nous effectuons la même manœuvre que Jean quelques minutes plus tôt et retrouvons nos compères 500 mètres en amont arrêtés sagement sur le bord de la route.
La terrible révélation de la veille si elle n’aura pas eu d’incidence sur le continuum espace temps aura néanmoins provoqué quelques dommages collatéraux. Le maudit triangle rouge vient de s’éclairer sur le tableau de bord de Biké.
Tu veux du scotch noir ?

Un petit « on s’en bat les couilles » plus tard et nous voilà reparti pour le prochain ravitaillement en essence. Je vise les pompes juxtaposées au camping de Jaujac. Ce trip est en passe de devenir un véritable pèlerinage, j’ai toutes les stations services du coin en tête, pas besoin de smartphone connecté.
Biké reconnaît les lieux avec entrain, on ne la lui fait plus et la malédiction du triangle rouge s’est envolée. Pendant ce temps là Seb immortalise les lieux. D’ailleurs par la suite il photographiera méticuleusement chaque ravitaillement fidèlement à l’idée lancée au départ. C’est ça une bonne équipe. Y’a ceux qui lancent des idées à la con en picolant et ceux qui vont au bout des choses.
Maintenant c’est gaz pour la Croix de Bauzon !

La montée démarre au pied de la station, c’est le premier vrai manège du trip et à ce moment je me rends compte que je suis véritablement en vacances. Définitivement il n’y a aucune malédiction en cours. Avoir les moyens et le temps de réaliser un périple de plus de 3000 bornes avec des potes, sur des spots de folie et des motos de dingues taillées pour le virage, c’est une chance incroyable. Alors on se doit de l’apprécier à sa plus juste valeur. Et ce n’est que le début d’un trip qui nous mènera aux portes du paradis de la moto, ni plus ni moins, là bas dans les Pyrénées.
Je ne me souviens plus mais certainement qu’on est monté en mode attaque. Quatre V4 hurlants depuis les gorges jusqu’au sommet, on devait nous entendre arriver de loin. Et souvent je me ferai cette réflexion au cours du voyage, surtout à l’approche des voitures s’écartant immédiatement à notre contact ; on doit produire un bordel acoustique pas possible.

S’installe ainsi une certaine routine, spéciale sur spéciale avec très peu de temps morts, on dirait presque un job. Et qu’est-il de plus commun avec le travail ? C’est l’amélioration.
Alors je prends des engagements auprès de Biké. Il est convenu que cette édition nous prendrons plus de photos.

Quelques encablures avant Villefort, un caisseux en Golf GTI ? Ou Mégane Sport ? Ou 308 GT ? Bref une de ces BAR grises insignifiantes un peu sportive nous incite à de la petite arsouille sur le beau bitume en descente. Poli et très joueur par nature j’accepte l’invitation en bonne et due forme.
Le conducteur ne se révèlera pas très bon, la poursuite sans intérêt, alors à l’approche du point de vue panoramique sur le lac de Villefort j’opterai pour le premier arrêt photo de la journée. Vois-tu Biké tous les sacrifices que je consens pour toi ?
Le caisseux aurait été bon plutôt mourir que de s‘arrêter, hein.




Nous repartons par la route du mont Lozère.
Nouvel arrêt photo pour tenir (encore) quelques promesses. Plus loin nous déjeunerons au Pont de Montvert dans la salle intérieure du resto situé en bordure d’un cours d’eau.






Nous reprenons la route en direction de Florac et son étape certifiée en ravitaillement. Ensuite on tire sur la D16 qui part du centre de la bourgade avec son tracé en pointillés rouge et blanc sur la carte Michelin. Comprendre épingles serrées et revêtement pas terrible. Quelques automobiles et autres chicanes mobiles devant nous une voiture s’extraie avec force du trafic momentané. Je ne reconnais pas le véhicule mais de loin on dirait une voiture de course issue de Fast and Furious Tokyo Drift. Ca clignote direct « jeu » dans ma petite tête ; suivi d’un « pas tout de suite ». Dans l’immédiat il y a trop de monde sur cette route pourrie. Le plaisir de la chasse est de laisser partir la proie. Attendre son heure pour jouer avec elle tout en lui laissant un espoir d’échappatoire, pour finalement l’enserrer au dernier moment toutes griffes dehors. Je ne suis pas psychopathe seulement très joueur. Surtout une voiture de sport peut se révéler être un gibier beaucoup plus sportif à chasser qu’une moto.
On remonte un peu plus loin sur notre proie. De plus près je distingue trois ou quatre sorties d’échappement en partie centrale, un aileron arrière, et le moteur a l’air de marcher, rien à voir avec la Ford Escort GTI mazout du père Jacky. Seb nous apprendra plus tard que c’était une Honda Civic type R.
Sur le plateau des Causses Méjean, et ses paysages irradiés par cette lumière jaune caractéristique, la route se veut roulante, le bitume incertain et gravillonné, cependant la chasse se terminera à des vitesses largement prohibées. Sur un ruban propre et bien sinueux cela aurait pu être plus fun. Ici le conducteur aurait dû nous mettre la misère, mais il s’écartera pour nous laisser passer non sans avoir lutter. En même temps on veut bien le comprendre avec quatre V4 hurlants au cul. C’est le seul prétendant qui aura voulu jouer avec nous durant tout notre voyage. Souvent par la suite je m’avouerai ne jamais vouloir nous croiser.

Nous redescendons enfin sur les gorges du Tarn pour les 10 kilomètres nous séparant du Rozier et des gorges de la Jonte, notre objectif du jour. Les routes de gorges sont celles que je préfère je peux le dire. Un relief pas trop prononcé, des virages en enfilades et quand le bitume est parfait et déserté comme c’est le cas ici, le kif est assuré. Meyrueis atteint rapidement nous faisons une halte sur la passerelle ombragée d’un bar enjambant la Jonte.




Il est 17h-18h, nous repartons pour un spot local encore ! Décidemment ce job est fatiguant.
30 bornes de virages incessants nous mèneront non loin du sommet du Mont Aigoual jusqu’à la bifurcation pour la toute petite départementale qui conduit à Dourbies notre étape pour la nuit.
Cette fois nous serons raisonnables sur ce tracé à la qualité de revêtement changeante, on verra le prochain coup.

A l’hôtel nous sommes accueillis par Francis Cabrel en personne ou presque. En tout cas son intégral musical est joué en boucle sur la sono de la salle de séjour. Je crois que le son du V4, valve ouverte en grand continuellement, me fatigue moins.

Heureusement Seb a gagné les faveurs de la cuisinière de l’hôtel qui consentira à changer de disque.
« Johnny ça vous irait ? »

Après le repas et une excursion sur la place du village où se tient LE concert de l’année nous finirons la soirée sur la terrasse de l’hôtel un Whisky/Rhum en main à contempler un ciel noir limpide ponctué d’étoiles scintillantes. Et de satellites aussi. Et de lumières rouges balisant une piste d’atterrissage pour ovnis extraterrestres dans les montagnes.
En cette Nuit des étoiles, seul Seb aura observé un astre filant et prononcé son vœu : se taper la cuisinière édentée.
Et ça continue encore et encore, c’est que le début d’accord d’accord…





Dimanche 12 aout 2018

Que j’apprécie cette petite excitation matinale d’avant départ. Comme les jours précédents nous quittons la table du petit déjeuner la sentence officiellement prononcée :
« A 9h on est sur les motos ! ».
Elle pourrait se traduire officieusement par « le dernier arrivé est un boulet ».

Il est 8h40, il me reste 20 minutes pour : remonter dans la chambre (30’’), boucler mon sac (4’), enfiler la combinaison et les bottes (8’), régler la chambre (5’?), fixer mon sac sur la selle (5’), graisser la chaine, etc.
Merde déjà 22’30’’ ! Ca va être chaud.
C’est ce à quoi je pense en fumant ma première clope du matin en compagnie de Biké.
Je l’écrase à moitié grillée dans le cendrier.
« C’est trop tôt pour moi, elle est dégueulasse. A tout de suite Biké, tu peux prendre ton temps y’a pas le feu, on est en vacances. »

A 8h57 je dévale l’escalier menant à l’accueil, le lourd sac de selle dans une main, la sacoche de réservoir et le casque dans l’autre. Je suis déjà en nage mais tout va bien. Je contourne un groupe de clients hagards présents dans le hall, et m’approche du comptoir ; la note est prête, Seb et Jean étant déjà passés régler leur part.
Biké ? Impossible qu’il me rattrape avec le groupe ici présent. Mais j’aurai peut-être du bloquer la porte du petit hall d’entrée commun à nos deux chambres pour être sûr.
A 9h10 les bagages sont arrimés sur la moto, je vais enfin pouvoir fumer une clope tranquillement en savourant l’arrivée de Biké.
« Bah alors qu’est-ce que tu fous, c’est toujours toi qu’on attend pour partir ! Tu sais ce que ça veut dire de respecter un horaire? »

Nous démarrons la journée à l’endroit où nous l’on l’avions laissée la veille sur cette minuscule départementale qui serpente le long des gorges de la Dourbie. Hier si le revêtement de la route semblait pourri, la portion de 20 bornes à venir elle est recouverte de gravier et invite plutôt à la contemplation. Quelle sensation unique de ressentir cette quiétude improbable au milieu de paysages sublimes et sauvages. Aidés par un silence profond, l’air frais du matin et les doux rayons de soleil favorisent l’apaisement du corps et de l’esprit. Ce spectacle rare et étranger à nos turpitudes urbaines, nous arrache littéralement à notre quotidien et invoque la paix, tout simplement.
Nan mais LOL ! Ca m’évoque plutôt ceci:

https://youtu.be/UBEabGgUBYk


Moi j’attends avec impatience les nombreux tracés annotés double et triple ++ de la journée et leur bitume tout noir. Alors, gravier ou pas, gaz pour s’arracher au plus vite de ce merdier et rejoindre, via une courte liaison faite de départementales désertes, le premier spot de la matinée. Et d’après la carte Michelin il est tout aussi poétique: Le Cirque du Bout du Monde. Là on ne nous servira pas la Comtesse de Ségur mais plutôt du Bukowski.

Gavage ! Tout de suite après c’est le deuxième temps fort et la montée de course de cote depuis Lodève. Un véritable circuit taillé dans la montagne avec sa triple épingle à droite dont la dernière est totalement à l’aveugle. Une particularité de cette route qu’il suffit d’avoir vécu une seule fois pour la graver en mémoire à jamais. Quand tu ne vois plus la route et que tu crois que c’en est fini de tourner, jette la moto à droite!

Passée une courte liaison toujours sur départementale, puisque contrairement à Jean Yanne je ne roule jamais sur nationale, nous voilà arrivés à St Pons de Thomières et son départ pour un tracé annoté simple +. Je l’aime bien. La route est large, le bitume impeccable, tous les virages se passent à vue sans surprise, c’est du rapide très facile. Alors on gaze. Au sommet du col je sais que l’on devine la méditerranée à l’horizon au niveau de la dernière parabolique. L’année dernière on avait filé. Etant donné mes engagements et qu’ensuite le tracé a peu d’intérêt, je décide de nous stopper. Pour Biké dirai-je.




Le temps de prendre quelques photos, le groupe de motards aperçu à la station située au départ du spot nous rejoindra après nous avoir gratifié d’un aller-retour dans la grande parabolique où nous avons pris nos quartiers. Avec le genou parterre puisque c’est la mode désormais. Enfin surtout chez les jeunes tellement obnubilés « à poser » en virage qu’ils en oublient la vitesse de passage.
La jeune horde sauvage s’arrête à nos cotés et l’on comprend que ce doit être le circuit du coin. Très sympa l’échange est convivial. Mais comment dire ? Cette impression de regarder des chiens se renifler le cul, en l’occurrence les nôtres, je trouve ça bizarre. Si vous voulez on repart tous ensemble pour un aller retour et on voit qui gagne ? Me titille une voix insidieuse qui repart aussi vite qu’arrivée.

« Et vous allez où ?
- Les Pyrénées espagnoles.
- La Costa Brava ?
- Non, les petites routes désertes on préfère. »
On ne leur parle pas de Jean Yanne évidemment.




De franches salutations échangées nous voilà repartis pour l’aventure, vers l’infini et au delà !
Vingt bornes plus loin nous nous arrêtons pour le déjeuner sur la place centrale et ombragée de Lézignan-Corbières. Dans un salon de thé.
Ouais on est comme ça. On boit de l’eau, on mange des paninis et des glaces arrosées de crème chantilly. L’alcool c’est uniquement le soir à l’hôtel.

Ensuite nous reprenons la route des pays cathares qui traverse un relief de collines et de monts revêtus d’une végétation aride. A chaque fois c’est la même image qui me revient en tête, je m’imagine la vie qui pouvait régner ici au temps des chevaliers, mon esprit divague ensuite vers Don Quichotte et Sancho Panza…je voudrais voir des moulins à vent de partout!

Plus loin, à Lagrasse, débute une étroite route longeant un cours d’eau faite de bosses et de trous qui m’évoque également le médiéval, l’âne ou le mulet je ne saurais dire.

Au bout du chemin, nous bifurquons à droite après avoir échangé géographie avec de sympathiques autochtones allongés paisiblement dans leur jardin, et reconnaissants que nous coupâmes nos moteurs durant ce laps de temps. C’est qu’ils doivent en entendre passer des motos devant leur maison située au pied du col du Paradis (nom véridique et double +). Nous repartons en trombe comme il se doit.

Ensuite Couiza, Quillan et son radar. On décidera plus tard d’un code à établir pour la bonne communication de l’information ; un langage simple à base de signes évoquant cercle et doigt tendu.

Enfin sur le plateau de Sault, quelques gouttes de pluie nous accompagnent comme pour annoncer notre venue à Ax Les Thermes non loin de nous désormais. Quelques dizaines de minutes plus tard les motos sont devant le garage de l’hôtel. A peine le temps de s’abriter sous la terrasse couverte de l’établissement et c’est une franche averse qui sonne notre arrivée. C’est ça un plan qui se déroule sans accroc !

La gérante de l’hôtel a pris un coup de vieux, trente ans au bas mot, mais l’agréable brasserie d’en face est toujours là et on pose les bagages pour cinq jours.
La soirée nous permettra de réciter la liturgie classique en entier : apéro, resto, digeo, casino, dodo.

Pyrénées nous revoilà !
« Modifié: 03 février, 2019, 15:04:18 15:04 par Bourrask »
IP archivée

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #10 le: 03 février, 2019, 15:29:39 15:29 »

Lundi 13 aout 2018

Les Pyrénées nous attendront finalement une journée de plus.

Ce matin le ciel est gris et bas. Les sommets alentours submergés par une épaisse brume sont invisibles. Pire, les prévisions météo, annonçant des averses à partir de la fin de matinée, nous laissent peu d’espoir d’amélioration. La pluie, à l’encontre de notre plaisir, arrive.

Moi j’ai une combinaison de pluie.

Ouais, parce que y’en a qui parte en trip moto d’une dizaine de jours avec juste rien, pas même un k-way décathlon à déchirer lors de la première bourrasque venue.
OK moi j’ai une surcharge de 15 kilos sur la selle arrière qui fait rigoler les autres avec leur sac à dos de 20 litres, mais le mien c’est un vrai canot de sauvetage. Comme dans la navigation maritime c’est un élément de premier secours dont on espère ne jamais avoir l’utilité mais qui peut se révéler primordial en cas de naufrage.

J’énumère la liste des éléments pour les étourdis qui m’accompagnaient et pour la prochaine édition. Normalement tu viens au moins avec la bite et le couteau comme on dit. Bah Biké lui il vient juste avec sa beuhère !
- En numéro un, la flasque. De whisky de préférence. Ok je l’ai oubliée cette fois et on a pas fini d’en subir les conséquence. Si t’as vraiment rien d’autre avec toi elle te permettra d’effacer momentanément ta déconvenue en attendant les secours.
C’est un serum. Tu guéris tout seul. La moto avec si tu as pris le modèle d’un demi litre.
Option Deluxe : la couverture de survie. Prévient l’hypothermie et accessoirement permet de dormir en attendant la dépanneuse.
- En 2, le scotch. Comme on a pu le voir avant, tu ne répares pas grand chose avec le ruban adhésif mais tu traites l’aspect psychologique des choses. Très important.
- La graisse à chaîne. Tu fais de la moto.
- De l’huile moteur. Tu roules en italienne.
- Un kit anti crevaison. Joker possible, tu changes le train de pneus.
- Des outils. Jeu de clefs BTR, Leatherman, etc. Des outils à fournir à Jean pour qu’il bricole ta moto puisque toi tu sais pas faire.
Option Deluxe : la clef pour desserrer l’axe de roue arrière non fournie avec la moto (merci Aprilia), des fois que t’aurais besoin de retendre la chaine. Mais comme tes pneus ne durent pas plus de 2500 bornes c’est le mécano qui s’en charge en général.
- Des leviers de rechange au cas où la moto tombe toute seule.
Exemple : Tu es devant la porte du garage, la pluie tombe à grosse gouttes et la porte télécommandée à distance depuis l’accueil ne s’ouvre pas d’elle même. Très vite tu perds patience, rien de plus normal. Alors tu sautes brusquement de ta moto pour mettre sa race à l’hôtelière et patatra la moto se retrouve parterre !
- On pourrait rajouter un câble d’embrayage, un moteur de valve d’échappement, un optique de phare complet, un alternateur, une selle garnie en gel, un réglage de suspension et une vidange de fourche, etc. Mais là on emmènerait plus Biké et ça c’est juste pas possible !

Concernant le poste humain chacun déterminera ce dont il a besoin et d’autres plus intelligents se feront livrer un colis avec tout le ravitaillement nécessaire au camp de base.

Aujourd’hui la météo s’annonce pourrie. Heureusement il y a le câble et Eurospub sur toutes les télés de l’hôtel.
Nous décidons après le petit déjeuner de réaliser un atelier lessive à la main pendant la rediffusion du GP moto de la veille. RDV dans la chambre de Seb à 9h30 !

Perso les GP depuis que Rossi n’est plus en position de gagner je m’en bats les couilles. En vérité pas tant que ça, sait-on jamais tout espoir est permis, j’ai regardé les résultats la veille.
Alors pendant l’activité lessive (deux plongées pour trois essorages dans le petit lavabo de la salle de bains) entrecoupée de quatre coupures commerciales d’Europub, je demanderai lors du final de cette course à grand suspense : "Voulez-vous savoir qui l’emporte? C’est mon deuxième pilote préféré !"
Un peu plus je me faisais trucider.

La rediffusion achevée il est temps de décider du reste de notre journée. Un passage par le Pas de la Case était convenu. Et la quatrième dimension s’est ouverte à moi !
Si on prend le train de 11h42 depuis Ax les Thermes on arrive à 12h13 à Foix. A Foix on prend le bus de 13h17 jusqu’à Tarascon où on loue une voiture au Rent Car situé à 20 minutes à pied pour ensuite monter au Pas de la case. Aller-retour idem, à 21h30 on est rentré. Vous en pensez-quoi ?

Moi j’ai une combinaison de pluie.

Après les apéros et resto de midi, ce sera plutôt : « moi j’ai sieste ».

Nous passerons l’après midi à flâner dans les ruelles de la ville imprégnée de cette odeur de souffre de moins en moins supportable. L’après midi se dissipe ainsi entre la paix et l’odeur du pet. Très vite vient l’heure de l’apéro fort heureusement. C’est qu’on bosse dur même sur nos temps de repos !

A l’heure du digestif arrive cette question : « on va où demain ? »

Je réfléchis au quatre road-book prévus depuis Ax les Thermes. Les seuls itinéraires préparés avant le départ. Les 1000 bornes jusqu’ici n’étaient que réminiscences, improvisations et essais. La journée Off de ce lundi nous aura permis, sans doute, de préserver les pneus pour la suite à venir. Le physique ne s’en plaindra pas non plus.
Cette fois-ci point de place au hasard, la déception ne sera pas de mise. Street View m’a aidé aussi. Passé Andorre et une partie roulante, le tracé entre Tremp et Ripoll devrait nous offrir 250 km de routes de folie, du double + au minimum tout du long avec du quadriple + pour le final.

Le matin les qualifs. L’après midi la course.

« Demain on va en Espagne. »

PS : « Moi j’ai une combinaison de pluie. »
IP archivée

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #11 le: 03 février, 2019, 15:47:40 15:47 »

Mardi 14 aout 2018

The big day.

J’apprécie ces petits plaisirs simples qui annoncent une belle journée de moto. Le petit refrain que les moteurs entament les uns après les autres pour un concert de vocalises matinales. Le spectre des sonorités s’étend de l’aigu au grave selon le type de sourdine employée. Depuis sa rupture de valve mon instrument lui est comme sponsorisé par Massey Ferguson. Ses grondements m’évoquent un engin agricole voire un bateau de pêche maritime plus qu’autre chose.

Première enclenchée, gaz. Aujourd’hui nous visons la traversée d’Andorre sans un arrêt shopping au Pas de la Case reporté à plus tard. Ce sera le sud-ouest au plus direct vers les prometteuses petites routes de la carte. La montée jusqu’en Andorre s’effectuera dans une atmosphère fraiche et humide accompagnée d’un brouillard qui s’épaissira à mesure de notre ascension pour disparaître comme par enchantement au passage de la frontière montagneuse. L’épreuve du bouchon automobile habituel et étendu sur plusieurs kilomètres avant le poste douanier me laissera tout le temps de réaliser, une fois encore, que de telles conditions me semblent bien plus périlleuses qu’une arsouille sur route déserte.

La frontière rapidement franchie je retrouve ce sentiment particulier qui m’envahit à chaque fois. Cette impression de quitter le territoire connu, de s’extirper du quotidien. Ce n’est pas très loin. Pourtant le début d’une véritable aventure raisonne dans ma tête.
Je vais faire de la moto dans un pays qui n’est pas le mien, c’est génial !

Viendra ensuite la traversée de la province d’Andorre longue, ennuyeuse et ponctuée d’un grand nombre de radars. La technologie m’agaçant parfois (souvent ?) j’emploierai ici une méthode éprouvée et me fierai à un local pour nous ouvrir la route.
Soudain à l’occasion d’un rond point, Jean m’indique sa pressante envie de culture locale: « Faut qu’on s’arrête boire un café ! »
Alors nous faisons halte dans l’une des dernières stations essence particulièrement bien équipée située peu avant la frontière, pour se ravitailler en essence et se rafraichir. A la vue des portes de l’officine ici présente chez nos voisins catalans, je prendrai la pleine mesure de la politesse de Jean.

https://youtu.be/8bsXIpufoz0

La courtoisie française honorée, nous quittons la station et franchissons la douane espagnole quelques minutes après. Les premiers kilomètres envahis par un trafic routier certain laissent bientôt la place à un réseau déserté et une chaleur agréable à partir de la Seu d’Urgell. Comme l’année dernière le contraste est saisissant entre les deux contrées toutes proches. Enfin arrive la bifurcation pour le col del Canto après les 80 kilomètres inintéressants empruntés depuis le départ de l’hôtel. Place au jeu !

La route grimpe d’un coup et nous offre des points de vue magnifiques sur les reliefs de la Serra del Cardi. Dans le rétroviseur.
Pourquoi on s’arrêterait ? On vient de lancer le jeu!
La descente de l’autre coté du sommet est belle aussi. Plus loin s’ouvre à nous le Vall de La Noquera. Le tracé est large, la visibilité excellente, le bitume parfait et désert. Nous n’avions emprunté que très peu de roulant sinueux jusqu’alors, c’est agréable en conviens-je ici. D’autant que sur le territoire espagnol les appareils connectés des mes compagnons annoncent précisément la position des radars. Parfois la technologie a du bon.

Les kilomètres s’enchainent ainsi jusqu’à Tremp et son lac d’un bleu turquoise splendide. Enfin j’imagine…Un jour on fera ce trip en 125 et on en prendra le temps de s’arrêter pour tout photographier, c’est promis.
Nan, je déconne ! Faudrait le faire à vélo pour être sûr.




Un peu plus loin on s’arrêtera quand même, non pas pour le tourisme mais pour soigner la turista de Jean. Quelques conseils avisés me viennent en tête mais devant une telle implication dans la découverte de la culture locale je n’ose les partager sur le moment.

https://youtu.be/1Klb9_oPS-g

Trêve de plaisanterie, cette fin de matinée marque le début d’une « spéciale » de quasiment 200 bornes depuis Tremp jusqu’à Ripoll. Un enchainement de virages sans temps mort avec juste ce qu’il faut de très courts bouts droits pour se reposer (très) brièvement sur un bitume parfait et déserté. Une déesse routière incarnée !
Dans ces cas là je ne me souviens de rien. Seulement de la symbiose entre le corps, la moto et la route inconnue. Dans ces rares moments, la moto est une drogue. Avec l’impression de voler ou de planer. Mais bon faudrait pas se rater dans le double gauche à flanc de précipice.
Ouais y’a quand même deux ou trois éclairs de lucidités qui émergent par moment.






On aurait pu continuer ainsi jusqu’à la panne sèche mais on décidera de s’arrêter vers 14 h pour déjeuner à l’heure espagnole.
Je ressens une immense déception en lisant la carte du restaurant. Le menu est traduit en français et en anglais. C’est quoi cette arnaque ? Où est-elle l’aventure culinaire ? Nous voudrions ne rien comprendre et rigoler en découvrant les plats mystères commandés. D’autant que je réalise enfin qu’ici on ne parle pas l’Espagnol mais le Catalan. C’est pour ça que je n’avais rien compris l’année dernière… Même les jours de la semaine sur le calendrier au dessus de notre table ne ressemblent en rien à l’Espagnol.

Rassasiés nous reprenons notre perfusion de drogue qui m’avait déjà un peu manqué.
A Berga c’est l’arrivée du gros shoot jusqu’à Ripoll. La route 4+, note maximale possible. Une urgence, une overdose ? Appelez Vincent Vega !


Le Graal se cache derrière ces reliefs.


Le trip sera à peine ralenti sur quelques kilomètres par une voiture de la brigade florale espagnole.
« Non mais la prochaine fois tu doubles et nous attend de voir si le gyrophare s’allume pour suivre. Au pire on ne te connaît pas. » C’est noté.

Les bras tétanisés par les enchainements incessants de virages nous gagnons enfin Ripoll où nous effectuons un arrêt réhydratation obligatoire.
Déjà il est temps de regagner la France via un détour par La Molina et sa station de ski pour rallier Puigcerda et Bourg Madame. Enfin le col de Puymorens avec son tracé extra large de circuit de vitesse nous conduira jusqu’à Ax.

Devant la porte du garage, j’ai l’impression que ma moto ressemble désormais à une épave. En plus du moteur de valve HS je m’aperçois que l’optique avant est cassée depuis l’intérieur et qu’une vis de carénage s’est fait la malle. On dirait la moto de Biké de l’année dernière…

Mais qu’importe. Cette virée tant attendue valait bien tous les sacrifices. Après advienne que pourra.
Car ce V4 est une putain de drogue dure !

Ce que je ne devine pas encore c’est que le meilleur reste à venir.
IP archivée

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #12 le: 03 février, 2019, 16:12:22 16:12 »

Mercredi 15 aout 2018

https://youtu.be/B1c2ukdqxlw

Ce matin mes sous-vêtements étendus à sécher dans la chambre depuis deux jours sont enfin secs. Hourra !
Cela dit j’enfile la même sous combinaison que la veille, non lavée…parce qu’elle est super bien ! C’est l’Alpinestars Ride Tech Summer si vous voulez savoir. Judicieusement aérée, sans couture et sans fermeture éclair, elle s’enfile par le haut tel une grenouillère babygro. Confortable et respirante elle est très agréable à porter sous la combi cuir.
Voilà c’était le placement produit sur un médium de large diffusion pour récupérer quelques brouzoufs.
Je précise aussi que je suis ouvert à tout partenariat éventuel avec un marketeux de l’industrie du tabac, de l’alcool ou de la pétrochimie ; cela ne me poserait aucun souci d’ordre moral.

A 9h, comme tous les matins je retrouve ma bande de potes devant le garage. Enfin en partie. Jean et Seb d’abord. Ensuite comme tous les matins, à trois, nous attendons Biké.
En général quand il se pointe nous sommes équipés et prêts à partir, les chaines sont graissées et le matériel rangé; lui se roule une clope avec le sourire.
Oui ! Il sourit.
Sûrement savoure-t-il ces quelques minutes apaisantes avant le long supplice de la journée, ces derniers instants où un vestige de communication neuromusculaire semble encore traverser faiblement sa grande carcasse courbaturée de la veille.
Très vite le gaillard reprend ses esprits.
« Mais moi aussi il faut que je graisse ma chaine. Elle est où ta graisse Quentin ? Et t’as pensé à prendre de l’huile moteur j’espère.»

Comment te dire ? Ah si :
https://youtu.be/iGJgyuAu6eo

Mais on l’adore ! Alors le soir on encourage notre valeureux et méritant Biké à monter sur la plus haute marche du podium, à rentrer sa moto en premier dans le garage. Ainsi le lendemain on pourra sortir les nôtres sans le maudire pour ensuite se foutre gentiment de sa gueule. C’est ça, peut-être, l’esprit motard.

Avant le départ viendra le contrôle visuel de l’état des pneus, et pour certains l’opération consiste quasiment à opérer un toucher rectal de l’engin. Bref les pneus commencent à tirer la gueule. On évitera le comparatif Michelin versus Pirelli puisqu’on sait tous qui l’emportera. Seulement Seb est en Michelin, nous autres sommes en Corsa II.  Pour ma part j’en conclue qu’il devient nécessaire d’engager le mode enroulé pour espérer atteindre le terme du voyage sans passer par la case « changement de pneus ». Enroulé dynamique cela va sans dire. La souplesse à la remise des gaz n’excluant pas les entrées en courbe impromptues.

C’est bon, on peut y aller ?

Gaz pour Tarascon via la N20. Je n’avais pas réalisé sur la carte. Petite pensée à Jean Yanne, encore. C’est un vieux skecth, une vielle époque ; aujourd’hui la modernité. Seb nous ouvrira la route à la moindre alerte sur son smartphone et ce jusqu’aux portes du parc de la préhistoire ariègeois qui me fera m’interroger sur la véracité de notre continuum espace temps.

https://youtu.be/mfKl4exMvyU

A Tarascon nous bifurquons pour le col de Port. Ca tourne serré, y’a plus personne, on retrouve enfin notre routine quotidienne avec bonheur.
Une vingtaine de kilomètres plus loin le sommet et son point de vue panoramique sur les chaines montagneuses alentours est l’occasion de marquer le premier arrêt photo de la journée. Au même endroit que l’année dernière comme le veut notre pèlerinage. Aussi la vue sur le pic d’Estibat et derrière lui la frontière espagnole est l’occasion de se remémorer certains moments historiques de la seconde guerre mondiale. La culture et son partage sont des valeurs qui cimentent notre groupe.






Version alternative peu probable.
J’ai envie de pisser depuis un quart d’heure mais s’arrêter au milieu de tous ces pif-paf, épingles et enfilades serait un sacrilège qui reviendrait à tuer la montée fantastique. En haut je me rappelle qu’il y a un parking, Biké sera content de prendre des photos.
Biké : « Oh Quentin tu pourrais te renouveler un peu, on s’est déjà arrêté ici l’année dernière. »
Moi : « Non mais y’a qu’une route ici. Et la descente comme la montée est terrible. On s’arrêtera pas. »
Seb : « Non mais qu’est-ce qu’on se fait chier ici ? Ces paysages dégueulasses, ce ciel bleu et ces virages à perte de vue ! Hein, pourquoi ? Bordel De Merde ! »
Jean : « On s’en bat les couilles ? »
Si on croise un groupe d’Allemands en 1200 GS on les défonce !

En vérité le sketch s’est étendu sur 10 minutes et presque je me serai pissé dessus !

Dans cette bonne ambiance nous enfourchons nos motos pour la fameuse descente qui nous amènera, tout en bas des reliefs, vers une route de gorges totalement jouissive entre Massat et Oust. Double + !

A Oust deux éventualités s’offrent à nous. Soit on tire tout droit jusqu’à Seix ; soit on fait le tour de la montagne et on arrive par derrière (sic).
Je décide de la temporalité des évènements, je suis comme ça... Nous n’irons pas en Espagne comme le road book initial le prévoyait, personne n’ayant l’envie d’achever la journée par la traversée d’Andorre. La journée restera française en totalité. Et puis le coup de la boucle de 50 bornes dans un rayon de 5 kilomètres, je l’adore! Si ça se trouve ils ne comprendront pas.

Finalement je n’aurai plus aucun secret pour mes compagnons de route. Tous auront compris la supercherie avant même la fin de la boucle. A l’avenir il faudra trouver de nouveaux stratagèmes.

Vers midi quelque part sur le col de Mente, vient l’heure de la pause déjeuner. Pour une fois on s’arrête tôt, pour une fois j’innove. Bah oui je pense à Biké moi comme toujours.

Bienvenue au Groland.
Un reportage détaillé pourrait s’étaler sur deux pages tellement matière il y aurait à décrire. Finalement ce souvenir n’ayant globalement que peu d’importance je me contenterai des punchlines du sketch qui nous a été joué.
Je passe ainsi l’apéro commandé servi 20 minutes plus tard alors que nous sommes à ce moment les seuls clients ; la carte présentée sur papier A5 lignes quadrillées avec menu unique à 20€ à régler en espèces uniquement; le «J’ai de la cote de porc aussi, mais il ne m’en reste qu’une » ; le panneau parking « Ferrari only » ; le couple arrivé ensuite qui attendra lui aussi un quart d’heure sa commande de boisson ; tout comme les malheureux trois autres clients suivants.

Numero uno / on est là depuis 45 minutes, le patron s’adresse à nous :
« Je voulais savoir si vous vous vouliez manger maintenant, parce que moi je suis prêt ».
On espère qu’il parle du service. L’unique entrée, une assiette de charcuterie, arrivera 10 minutes après. C’est pas mal mais on devine que c’est juste l’introduction.

Number two / High level.
A ce moment il n’y a que nous quatre, un couple arrive. A l’intérieur une douzaine de tables est dressée et autant de possibilités sont offertes sur la terrasse où nous déjeunons.
Le patron l’air grave s’adresse à ses nouveaux clients :
« Pour boire un coup c’est possible. Pour déjeuner il ne reste plus grand chose à la carte. On va voir ce que l’on peut faire… mais je ne vous cache pas que cela va être compliqué. On va faire le maximum ! »
Là on a bien envie d’applaudir.

Numéro trois, LA blague. LA vanne du spectacle.
La femme du patron propose les desserts, le dessert. Un crumble de pommes comme choix unique vanté avec la formule magique :
« Vous ne le regretterez pas ! ».
Direct le ton employé m’a fait pensé à ça, vraiment :
https://youtu.be/UK-XrKAjvnQ

La « chose » présentée n’est qu’un amas indescriptible littéralement jeté dans ce qui s’apparente plus à une sous-coupe de tasse à café qu’autre chose.
On laissera à Jean le soin d’assurer, seul, le rôle d’Antonin.

15h. La chute. Le clou du spectacle. J’ai nommé l’addition !
On aimerait discuter le décompte des quatre menus complets pour seulement une entrée, quatre plats et un dessert. Peut-être aussi obtenir une facture avec le cachet en bonne et due forme de l’établissement ; pour rigoler.
Alors la matrone nous sert sa ruse la mieux ourdie :
« Vous avez raison. Mais j’avais oublié de vous compter les cafés. »
Et ça va couter plus cher ?

Bordel que j’eusse aimé foutre le feu à son établissement avec ma flasque de whisky et lui tatouer le front de l’infâme triangle rouge !
Au final, affranchi de notre dette on se casse enfin. Alléluia !

Pourtant à peine quelques kilomètres parcourus et je suis comme touché par une malédiction.
Les cartes me trahissent. La lecture des parchemins (ouais ma carte est annotée, pliée et repliée comme du papyrus, d’où la métaphore avec l’Egypte, le médiéval, Pulp Fiction et Marcelus Wallace https://youtu.be/A6zqu_9Sb7w, parce que toutes ces conneries sont liées) habituellement facile me devient obscure et me ramène inéluctablement à notre point de départ comme par enchantement.
Putain de sorcière ! On retourne là bas et on brûle tout !

Au lieu de cela je sacrifierai mon âme (encore une fois) sur l’autel de la technologie.
Alors j’appellerai à l’aide Seb et son GPS.
« Je ne trouve pas la route de Fronsac, faut que tu m’aides avec ton smartphone. »
Une pensée m’accompagne en même temps: Non mais sans déconner, on y retourne et on brûle toute la famille de cette tepu.

Comme par magie le sort qui condamnait la route de Fronsac s’envola avec l’aide du mage que les autres nommaient « Waze ». Je ne le connaissais pas ce Waze mais déjà je ne l’aimais pas.
Mais je lui ai quand même mis sa race à leur Waze.  Avec ma carte Michelin. Autant pour les pneus je suis Pirelli voire Dunlop autant pour les cartes et les guides culinaires je reconnais qu’il n’est pas mauvais le bibendum.
Depuis la dernière bourgade du coin au nom imprononçable « Sèngouagnet » jusqu’à Girons j’engagerai le mode tout droit sur la carte. Départementale perdue, chemin gravillonné ou route vicinale de 1,5 mètres de large tout y est passé pour rejoindre au plus court notre destination.
Alors où est-il votre« Waaaazzze » ?

Une dizaine de bornes avant Girons nous bifurquons sur la nationale. C’est aussi ça le jeu du tout droit, du tracé au plus court. Sur cette courte liaison insipide, la malédiction aura pourtant frappé encore. Cette fois-ci une automobile. Autant dire qu’on « s’en bat les couilles ». Sauf peut-être des deux charmantes demoiselles au teint halé et à la jupe courte. La valise sur roulettes en main, les yeux hagards emplis de l’air perdu du touriste loin de chez et lui faisant face à l’imprévu, le regard trahissant un « mais qu’est-ce que je fous là ? »
Et on se le demande à la vue de cette scène improbable. Malgré la dépanneuse et le déploiement de gendarmes leur voiture reste à moitié immergée dans l’étang jouxtant la ligne droite de cette cuvette dessinée par la route.

Quel enseignement tirer de cette expérience?
A – La nationale c’est le mal. Comme maintes fois nous l’avons déjà démontré.
B – La voiture va beaucoup moins bien marcher qu’avant.
C – On s’en bat les couilles ? Ne faudrait-il pas porter un «vrai» secours ces charmantes demoiselles?
D – La réponse D.

La conscience chacun pour soi, la route du retour vers Ax nous appelle.
Et le bis repetita avec la route de gorges du matin, en sens inverse cette fois ci. Rond point du départ, une garnison de gendarmes à pied s’affaire à la circulation. La ligne de départ franchie, c’est gaz !
Deux bornes plus loin une estafette de la gendarmerie nous bouchonne. Evidemment me revient en mémoire le conseil de la veille de mes fidèles amis. Non mais la prochaine fois tu doubles et nous attend de voir si le gyrophare s’allume pour suivre. Au pire on ne te connaît pas.
Au moment même de sonner l’assaut la voiture bleue s’exfiltre sur un aléa de la route. Je suis presque déçu. Plus loin Seb nous affranchira de la situation.
« Les bleus se sont écartés pour nous laissés passer. Et t’as vu la blondine gendarmette au rond point nous faire de grands coucous ? »
Non mais vas chier avec ton Waze et tes amis! Putain de vendu de capitaliste de merde !!!!

La route de gorges à peine gâchée par les copains de Seb nous conduira néanmoins jusqu’à Biert.

Ici s’engage le début d’une routaille comme on en fait peu.
Dix bons centimètres de graviers jetés sur la route sans bitume dessous parce que sinon « ça grip encore trop », et ça coute cher… La DDE locale doit avoir le même slogan que le notre « on s’en bat les couilles. » De toute façon y’a jamais personne qui passe par ici.




Malgré les pièges tendus et les kilomètres d’épais graviers nous arriverons à rallier le sommet du col de Crouzette, sains et saufs. Biké un quart d’heure après nous cela va sans dire.
En tout cas c’est ce qu’on lui avons affirmé.



La descente se fera sur un revêtement sans encombre jusqu’à Foix, pour rejoindre la nationale jusqu’à Tarascon puis Ax.
Y’a deux ou trois excités qui n’ont pas du bien comprendre Jean Yanne… La nationale ce n’est pas fait pour rouler à plus de 200 normalement. Leur pote Waze est de la partie aussi.
En fait je commence à l’aimer. Un tout petit peu. Mais promis juré demain je lui mets définitivement sa race à ce gros bâtard.
IP archivée

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #13 le: 03 février, 2019, 16:47:20 16:47 »

Jeudi 16 aout 2018

https://youtu.be/ZLlLtSG7xe4

I wanna be sedated.
Le clip illustre à merveille mon état au petit déjeuner. Surtout les paroles m’évoquent Biké. Je le vois et cette chanson raisonne dans ma tête. Je l’entends et je pense à lui. C’est SON thème musical ! Comme dans les films de DC quand le super héros fait son entrée à l’écran. Dans notre cas ce doit être le Dark Knight Returns de Franck Miller. Le bonhomme a du vécu, le costume aussi. Peut-être la délocalisation de l’intrigue sur le vieux continent modifie la perception. Ici l’horizon est parsemé de sommets montagneux, pas de gratte-ciels. Pourtant non loin s’érige une cité à la mesure de notre héros.
Ses combats contre des super vilains comme Miss Gravette, Big Stone et autre Vicious Corner lui ont laissé quelques stigmates même si à chaque fois il s’en est relevé victorieux. Alors après toutes ces aventures SuperBiké aurait certainement besoin d’un nouveau costume.
Ainsi ce matin nous prenons la route pour l’Amérique des comics. Là où le béton reprend pleinement ses droits sur une nature aveuglante, où les lumières des panneaux publicitaires éclipsent le soleil, où les moteurs des automobiles, engluées dans un acte processionnaire, tournent au ralenti en exultant le carbone, la promesse d’un paradis bon marché à la clef.


Le Pas de la Case ou une certaine vision de l’enfer.

https://youtu.be/Y3k5atJ7kh0

Nos impératifs mercantiles atteints, SuperBiké rééquipé de pied en cape (nan je déconne, seulement le collant sous la cuirasse démolie fût remplacé) nous quittons enfin ce sommet des vices pour des contrées moins touristiques sans avoir céder, je le précise, à la tentation du cancer et de la cirrhose à moitié prix. De l’autre coté de la frontière nous attend notre véritable mission: combattre une armée de virages et faire triompher la ligue des Tuono (rien que ça).
Le premier champ de bataille espagnol nous est connu. La mythique route 4+. Reconquise deux jours auparavant comme lors de notre campagne précédente. Aujourd’hui nous marquerons le territoire et établirons les frontières, et peut-être même un poste avancé hospitalier si Biké usait à nouveau de son terrible et légendaire super pouvoir communément surnommé The Fall.

Pour l’heure il est temps de s’engouffrer dans le Tube, un artifice routier qui nous permettra de rejoindre les alentours de Berga, à 88 miles à l’heure au moins. Au sortir de cette brèche de l’espace temps, facturée 20 € chacun, ce n’est pas le Doc qui nous attend mais une descente au tracé extra large comme piste d’atterrissage vers une vallée aride aux allures de décor de western.

De prime abord il est vrai ça glisse un peu, mais il n’y a pas d’indiens c’est déjà ça!
D’aucuns diront que la route était verglacée en ce mois d’août…sans doute sensibles au décalage temporel voire sujet au syndrome de la gonzitude. Que mes acolytes changent de genre cela ne me dérangerait pas outre mesure mais une inquiétude me taraude l’esprit: vont-ils se transformer en mouche ?

https://youtu.be/h_U4Y2kaN5w

Enfin arrive Berga et la même route que mardi dernier, sans voiture de la brigade florale cette fois.
Quarante kilomètres de droite-gauche-droite. Quarante kilomètres qui en paraissent le double tellement le tracé est saturé en virages. La reco précédente, si elle ne nous a pas permis de mémoriser ce Graal routier, nous en a dévoilé quelques pièges et nous incite à remettre encore un jeton dans la machine. Alors gaz ! Vers l’infini et au delà. Ou en mode Rammstein à fond dans le casque pour Seb.
Enfin c’est ce qu’il nous affirme écouter. Mais je sais très bien quel haka le motive en réalité :

https://youtu.be/-l3EGGfxIz0

A mi conquête du Graal, j’avais prévu de bifurquer sur une départementale en direction du sud pour explorer de nouveaux territoires. Pourtant tout du long j’aurai ce dilemme dans un coin de l’esprit : poursuivre l’extase de la route 4+ jusqu’au bout une deuxième fois ou bien mener une nouvelle quête vers d’incertaines contrées. Le carrefour des possibilités à vue j’opterai vaillamment pour l’aventure. Une décision à peine soufflée par mon physique quelque peu entamé par ce tracé infernal.

D’un coup nous sommes aspirés par un vortex pourtant invisible jusqu’alors. Malgré les quelques passages effectués dans les environs il était resté tapi dans l’ombre attendant patiemment que son champ gravitationnel nous attire dans son cœur piégeux. A ce moment précis nous tombons dans un véritable trou noir.
Entre Rocatrencada et Alpens d’après la carte la liaison est courte. Ici le temps et l’espace sont distordus, la matière compactée à l’extrême. Aucun semblant de ligne droite, les virages s’enchainent à l’infini dans une densité incroyable avec le sentiment que les distances sont multipliées par quatre et le temps ralenti de la même façon.
Quand on sortira d’ici notre époque aura évolué sans nous ! Les Aliens dirigeront le monde avec leur technologie avancée, les motos seront bardées d’électronique, la navigation sera assistée par Waze, la vitesse limitée à 80 km/h, et peut-être même aurai-je un IPhone.

La traversée du trou noir fut éprouvante physiquement mais l’extase provoquée grandiose, amenant avec elle la note ultime 5+ si l’on devait la qualifier. Alors que dire de cette nouvelle réalité du continuum espace temps en notre absence à part « on s’en bat les couilles » ?

Aussi une longue absence induit certains besoins.

https://youtu.be/YewcrxOQNvk

Pour assouvir nos autres obligations nous faisons halte dans un restaurant à Ripoll.
Le menu est en catalan, on ne comprend rien, c’est super !


Y'en a un qui s'est cru sur sur Insta ou quoi?

Le chemin du retour vers la frontière nous conduira d’abord vers un nouveau spot local, une découverte enocre. A chaque fois par ici on en prend pour quarante bornes minimum ! Le début sera poussiéreux, l’adhérence un peu précaire mais la fin digne des meilleures impressions de ce voyage (4+ largement mérité).
Ensuite en sens inverse du matin la route pour le tunnel avec toujours les mêmes effets sur les systèmes APRC. J’en conclurai que l’électronique doit avoir un impact direct sur le changement de genre du pilote.

Enfin Bourg Madame est à l’horizon. La sensation de retrouver la chère patrie est aussi émouvante que de partir à l’inconnu. Cette impression du territoire familier, d’être presque chez toi alors qu’en fait tu en es loin, je l’aime beaucoup.
On est bientôt arrivé les gars ! Seulement 1000 bornes de virolos et on est rentré à la maison, alors maintenant on peut mettre gaz en grand!
Et fuck les statistiques qui avancent que les accidents routiers ont lieu très majoritairement dans un rayon de 80 kilomètres autour de chez soi. On ne roule pas dans ce cercle, rien ne peut nous arriver ! Sauf si SuperBiké use de son super pouvoir, on est d’accord.
Une précision concernant les roulages frontaliers. En territoire étranger on a le droit de rouler vite parce qu’on est Français. Là bas les limitations sont faites pour les autochtones. Coté français de la frontière on a le droit de rouler vite parce qu’on est chez nous, les limitations sont faites pour les touristes étrangers. Cette règle j’y crois dur comme fer.

Font-Romeu Odeillo-Via, c’est en France ou en Espagne ?
On s’en bat les couilles !
L’horizon me confirme que nous sommes bien en France avec tous ces nuages noirs accrochés aux sommets montagneux, la pluie comme promesse. Mais là y’a pas moyen ! Ma combinaison de pluie est restée à Ax.
Alors vient le moment opportun d’user de mon super pouvoir. Et celui-ci n’est pas d’accomplir une boucle de 100 bornes juste avant le retour à l’hôtel alors que l’on pourrait terminer l’étape en à peine 20, on est d’accord.
Oh précieuse carte, dis moi quelle direction suivre.
Alors j’interroge les massifs alentours, détermine la direction du vent et la pression atmosphérique à l’aide de mon seul index, calcule les probabilités et les chances de réussite. Mon cerveau suralimenté analyse tous les scénarios possibles.
Alors ? Je le mets pas définitivement minable l’infâme Waze ?
En vérité je fais comme Rahan avec son coutelas, le hasard décide pour moi. Quand mes compagnons m’interrogent je leur réponds d’un air assuré l’index pointé vers le premier sommet aperçu (c’est le plus important l’assurance): « On va par là ! »
De toute façon il n’y a qu’une seule route possible désormais, mais ça je ne leur avoue pas.

Convaincus nous repartons pour le col des Harès (est-ce un signe ?) jusqu’à Quérigut où nous poursuivrons notre route en direction d’Ax par une route à chèvres.
Le col de Pailhères.


Cette photo provient de mes archives. 2006. Des baltringues je vous dis. La route n’a pas changé.


A l’instar du col descendu moteurs coupés dans le brouillard l’année dernière, celui-ci nous rappellera de grands moments de routaille perdue. Le tracé relativement large au départ s’étrécit à mesure que la montée s’accentue et que le nombre d’épingles augmente. A chaque fois plus rapprochées les unes des autres elles auront mis à rude épreuve l’embrayage de nos motos.
Qui osera affirmer avoir passer la seconde ? La première était déjà compliquée.
Aussi on apprendra plus tard le thème musical de Jean, trahi par sa Go Pro à fredonner cet air :

https://youtu.be/0J2QdDbelmY

L’alunissage au sommet des 2001 mètres du col s’effectue vers 18h30 heure locale. Le plafond est bas, la couverture nuageuse épaisse mais la pluie est absente. Mission accomplie. Notre odyssée de l’espace s’achève.





Ces photos ont été prises par moi contrairement à toutes les précédentes. Voyez à quelle bassesse je dois me résoudre.

La présence de quelques équidés nous indique que nous sommes de retour sur Terre. La définition de l’époque demeure incertaine. Nous les dépassons sans un bruit pour redémarrer plus loin les moteurs. Aux pieds des reliefs la route de gorges sonne comme une invitation aux hurlements de V4.

Ce matin le meilleur des mondes était. Ce soir est-il toujours ?
Le Roc de la Vierge d’Ax les Thermes domine-t-il toujours les hauteurs ou est-il désormais enseveli sous le sable ?

Moi je veux des singes ou des zombies à écraser!
IP archivée

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #14 le: 03 février, 2019, 17:11:38 17:11 »

Vendredi 17 aout 2018

Journée off.

La décision est prise à l’unanimité de laisser les motos aux garages aujourd’hui. D’une part la météo est médiocre et d’autre part l’état des pneus laisse planer l’incertitude quant à leur durée de vie restante. Encore deux journées et 800 kilomètres environ, ça devrait le faire mais il ne faudra pas leur en demander plus.
Ou alors :
https://youtu.be/N_k8lcqs7tE

Pour se consoler et parer aux éventuels regrets on picolera toute la journée !




Samedi 18 aout 2018


La fin de notre périple est proche, une semaine complète s’est déjà écoulée. Aujourd’hui nous entamons la route du retour.

A 9h comme à notre habitude nous décollons. La température matinale est fraiche, la route partiellement humide mais le ciel est d’un bleu limpide. Nous rejoignons Quillan en empruntant une partie de la retour de l’aller en sens inverse avec les cols de Chioula, de Mamare, et des Sept Frères jusqu’au plateau de Sault. Ici le thermomètre remonte comme pour annoncer la descente des cols de Coudons et de Portel. La dernière portion menant aux portes de Quillan est un véritable appel au crime avec son large tracé tout en enfilades et son bitume parfait. Alors gaz !
Mais au fait y’avait pas un radar qui prenait dans l’autre sens ? Donc dans notre sens cette fois-ci ! A l’aller je ne l’avais pas vu.
Et je ne le verrai pas non plus aujourd’hui.

Nan mais il où Waze ?
L’unique fois où j’aurais véritablement eu besoin de lui il n’était pas là ! Waze t’es qu’une baltringue !
A l’heure où j’écris ces lignes aucun courrier n’est arrivé dans ma boite à lettres. De toute façon il était difficile de réaliser de gros excès sur ce ruban qui serpente au milieu des reliefs surplombant la bourgade (ou alors revoir la vidéo du vendredi). La prochaine fois on essaiera de passer plus vite pour étoffer la galerie de photos souvenirs si chère à Biké.

Quillan conquis, la carte mène au col du Paradis annoté double + et déjà emprunté à l’aller. Les parages doivent évoquer quelques souvenirs à mes acolytes parce que derrière ça pousse au cul ! Même si je me serais volontiers laissé tenté par la route du Paradis nous l’abandonnerons à ses portes même pour l’enfer de la routaille.
Le quatrième road book que nous n’avons pas accompli devait être une journée spéciale routes à chèvres étendues entre le plateau de Lacamp au nord et le pic du Canigou plus au sud avec ses cols en pointillés rouge et blanc sur la carte. La faute à la météo ou à notre capital pneus dirons nous. Ca fera une bonne excuse pour revenir l’année prochaine.
En attendant je veux découvrir une partie des routes perdues de l’Aude et respirer cette poussière ocre rouge qui s’effrite de ses reliefs. A Arques on prend à gauche.

Débute alors une navigation toute en improvisation.
L’objectif est de traverser le plateau de Lacamp au plus court. Il n’est pas question d’exploration ou de quadrillage de zone, un simple aperçu des lieux suffira. En général à ce jeu là il faut toujours avoir un à deux coups d’avance sur les changements de direction pour conserver une conduite fluide.
Mais dès le premier je perds le nord.
Un néant d’anticipation sur une mer de possibilités conduit au naufrage.
A la deuxième intersection la carte me devient indéchiffrable, je suis à l’ouest.
Hors de question de sortir Waze de son cachot. Une seule possibilité en pareil cas, la solution des Anciens sans carte et sans boussole : tirer des bords. Une fois à gauche, une fois à droite, bon an mal an ça va tout droit. De toute façon cela m’étonnerait que les trois autres aient compris que nous venions de pénétrer dans le triangle des Bermudes et sûrement doivent-ils s’extasier sur mon génie de la navigation. Pourtant cette fois c’est un chant de sirènes qui nous dirigera dans une tempête de routes sinueuses oubliées. La boussole retrouvée, elles nous délaisseront comme des naufragés à l’entrée du col de Taurize, face à des gardiens aux allures de Centaures.
En fait une table en travers de la route avec trois pélos assis derrière. Mais la mythologie en pâti.
D’un simple geste interrogatif de la main la voie nous est ouverte, pas même besoin de tomber la première dans ce gauche serré, on continue sur notre lancée en espérant ne pas se retrouver nez à nez avec un peloton quel qu’il soit.
Quelques hectomètres plus loin et un panneau « demi tour » de compétition, on devine que la route ne sera désormais rien qu’à nous. D’abord étroit et défoncé le ruban noir en sous bois, que l’on devine d’emblée peu emprunté, nous conduit rapidement vers une vue dégagée sur de sauvages paysages exaltant cette odeur si particulière du sud.
Ne faudrait-il pas s’arrêter pour immortaliser l’instant en photographie ?
De ces moments on ne peut pas en capturer la perception complète. Alors à quoi bon en posséder un pâle souvenir, qui très vite sera lointain, au détriment du déroulement des sensations instantanées qui restera, lui, plus profondément gravé ?
On s’en bat les couilles ?
De toute façon j’ai Seb au cul ! Les tergiversations sont courtes, alors gaz !

Au bout de la route on finira par regagner enfin un semblant de civilisation que l’on quittera aussitôt pour franchir la montagne d’Alaric puis la montagne Noire du Minervois qui nous séparent de St Pons de Thomières.

S’en suit un arrêt déjeuner sur la place de St Pons à l’ombre de ses platanes.
Jean profite de l’occasion pour téléphoner à tous les bouclards et autres grandes enseignes alentours  dans l’espoir d’un changement express de son pneu arrière non loin de l’agonie. Un samedi 18 août la quête s’avèrera peine perdue. C’est ici que l’on se rend compte de l’importance de la gestion du capital pneumatique. Si tu veux gagner la course il faut d’abord être en mesure de rallier la ligne d’arrivée.
Je vous laisse deviner la conclusion.
Allez, pour le plaisir: on s’en bat les couilles !

Et nous voilà déjà repartis pour Lamalou les Bains, point de départ de La Boucle Magique. 60 kilomètres que l’on finit par connaître mais qui s’avèrent toujours aussi grandioses. Aux trois quarts de la « spéciale » nous sommes contraints, à Avène, de nous arrêter. L’intervention des pompiers qui obstrue la voie principale est l’occasion de se désaltérer, pour patienter. Et quel meilleur endroit que la Cour des Miracles ?

On a du s’absenter plus longtemps que je ne l’imaginais durant notre voyage temporel en Espagne. Et on se s’était encore rendu compte de rien 28  2 jours plus tard…
Tout le monde a l’air malade, même les enfants, dans cette ville de cure.
On l’avait bien dit pourtant ! Quand on part à moto, on ne parle pas d’hospitalisation (sauf Biké qui ne craint rien) et on n’évoque pas même l’idée d’accident, ça porte le mauvais œil. Alors virez moi tous ces malades !
C’est de l’humour noir. La vision était assez triste.

A choisir, aux morts vivants je préfère le monde de Mad Max. Je suis l’Aigle de la Routeeee !!!!
En vérité je suis plutôt lièvre. Ou lapin. Mais je le vis bien.
Après le passage d’un cortège de mariage suivi d’une estafette de gendarmes, la voie libre, on s’arrache enfin.


Mode V8 Interceptor

Avène – Lunas. Gros gavage.

La descente sur Lodève. Pas plus qu’à fond. Le triple virage serré est moins impressionnant en descente, la lecture de la route étant bien meilleure. J’aurais préféré éviter la surprise du genou gauche qui frotte alors que je ne déhanche pas vraiment et que je ne cherche pas du tout « à poser », mais bon c’était marrant. Suis-je redevenu jeune ?

Interlude à Lodève.
A la faveur du ravitaillement en essence, la malédiction du triangle rouge frappa de nouveau. Cette fois Seb en fût la victime.
« Non mais c’est juste une ampoule de clignotant. » Nous annonça-t-il, rassuré.
Je n’irais pas dire que j’étais déçu, mais j’aurais bien dégainé mon rouleau de scotch noir...

Montée du Bout du Monde.
Gavage encore et encore, c’est que le début d’accord, d’accord. Soit disant Rammstein pour la bande son…Mais on connaît désormais les préférences des protagonistes. Je crois qu’ici mon pneu avant rendra une partie de son âme.

St Maurice de Navacelles jusqu’au Vigan, une véritable planche du JBT : « T’attaquais toi ? »

La montée depuis le Vigan jusqu’au Mont Aigoual façon je donne tout. Le pneu avant aussi. A droite ça ne grippe plus du tout comme avant. On avait pas parlé de gestion de capital pneu plus tôt ?
Le sommet avant la bifurcation pour Dourbies marque le dernier arrêt de la journée. Totalement déshydraté, j’ai bien envie d’affirmer à Seb « qu’on s’est bien trainé la teub pour monter » mais la soif est plus forte. Et puis il faut que je fume une clope ou deux aussi pour me remettre de mes émotions.

Dernier galop jusqu’à notre hôtel de Dourbies. Si la route nous avait paru incertaine quelques jours auparavant ce soir la vision dégradée par les rayons de soleil en pleine visière nous désinhibe complètement. Quand tu ne vois rien, c’est qu’il n’y a rien à voir. Un peu comme le scotch noir sur le voyant rouge. Et miracle on arrive à l’hôtel vivant !

https://youtu.be/I1EFYiVKcok

Après les apéros et le resto viendra l’heure du digeo devant les films de la Go Pro projetés sur l’écran géant de l’hôtel.
Pour le prochain trip on partira tous avec une caméra c’est décidé. Les images filmées sont plus proches des sensations vécues, surtout il n’y aura plus aucune raison de s’arrêter sauf pour le plein d’essence.
Elle est pas belle la vie ?
Peut-être un plus encore pour Seb qui retrouve, après toutes ses aventures, sa cuisinière éperdue.
Comme dans les contes de fée ils se marièrent et vécurent heureux.
IP archivée

Bourrask

  • 125 RS
  • *
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 79
  • Moto: Le Bon, la Brute et le Truand
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #15 le: 03 février, 2019, 17:20:13 17:20 »

Dimanche 19 aout 2018


Bientôt il faudra revenir à la réalité. Aujourd’hui notre voyage prend fin.
D’ici peu les souvenirs prendront le relai sur le déroulement de cette petite aventure qui se termine. Une échappée du quotidien remplie de rigolades nombreuses, de sensations de conduite parfois incroyables, de routes à virages larges ou étroites, souvent désertes, de revêtements variés tout du long et régulièrement des portions véritablement dantesques. C’est la deuxième fois (en fait la troisième, mais la première date un peu) et définitivement ce périple pyrénéen surclasse largement tous les autres que j’ai pu faire. Avec très peu de routes de liaison et un trafic routier minime, ce trip est une véritable spéciale de 3000 bornes.
Comment faire mieux ? En terme de qualité de routes je ne connais pas. Chacun trouvera son compte là où il l’entend, personne ne peut avoir de vérité à asséner, cela dit le voyage dans les Pyrénées au départ au départ de Lyon s’avère un trip d’enfer !

De cette dernière journée il n’y aura pas de long compte rendu des évènements ou des sensations ; l’essentiel et plus encore ayant déjà été exprimé.

En fin de matinée au Pont de Monvert, le pneu arrière à l’agonie Jean nous arrêta subitement sur le bord de la route pour nous exposer sa décision : « Je vous abandonne ici et je rentre au plus court. Poursuivez comme bon vous semble. »
Bel effort que l’on salua. Mais point de baltringue parmi nous.
La question ne se posa même pas. Sans concertation la réponse fût unanime et le contraire eut été inconcevable.
« Nous sommes partis ensemble, nous rentrerons ensemble. »

Alors nous rentrâmes par la nationale.
Ce fût chiant. Mais, je l’avoue, rapide et reposant. A 17h nous étions rentrés.
Jean Yanne m’entends-tu ?




Le récit qui précédait, plein de conneries mais totalement véridique, est destiné à un public averti, un truc que seul les motards peuvent comprendre. Mais quand tu dois le raconter à des personnes pour qui la moto ne signifie pas grand chose, c’est un peu différent.
Alors pour finir un petit QCM non exhaustif de ce qu’il faut répondre aux questions d’usage pour briller ou pas en société le mercredi soir.

1/ C’est comment les Pyrénées, c’est beau, non ?
A - Pour le peu que j’ai aperçu c’est beau. Dans le rétroviseur l’image est toute petite aussi…difficile de se prononcer de manière définitive.
B - C’est gris-noir, comme le bitume.
C - C’est magnifique ! Coté français les reliefs sont pointus et verdoyants, coté espagnol les montagnes arides de couleur ocre jaune dégagent une impression de territoire sauvage à conquérir.
D – Qu’est-ce que le Beau ? Une plaque minéralogique c’est joli aussi ! Y’en avait trois devant moi toute la semaine, et ce cul de RSV4 je le kiffe autant que le 69!

2/ Vous faites quoi toute la journée ?
A – On roule. On se promène pépouze, on visite de nombreux lieux culturels, toussa.
B – On roule à donf.
C – On roule à donf et on écrase des enfants (espagnoles de préférence).
D – On roule à donf, on écrase des enfants et on contribue au rayonnement des valeurs de la France à l’étranger. Savoir vivre, élégance et politique étrangère. La légion d’honneur doit nous être décernée.

3/ Et le soir ?
A – On boit en regardant les étoiles.
B – On va au casino.
C – On se couche tôt après un repas léger sans alcool.
D – On boit, on va au casino, on va aux putes et après on se couche.

4/ Vous avez pris plein de photos j’espère.
A – J’ai perdu la carte mémoire que je n’avais pas insérée dans mon APN avant de partir.
B – Mais plein ! Parmi nous il y avait deux photographes dont un professionnel. L’agence Magnum n’a qu’à bien se tenir.
C – Aucune. Rien à secouer des 1497 photos de vacances qu’on ne regardera jamais.
D – Je ne prends que des diapos.

5/ Comment faites-vous pour vous parler?
A – On s’en bat les couilles. Le matin on enfile le casque en se disant « à ce soir ».
B – Par le langage corporel sur la moto voire la télépathie. Ou alors ça gueule tellement fort dans le casque que parfois on s’entend…
C – Aux arrêts. On a beaucoup rigolé !
D – On utilise le langage des signes comme dans la plongée sous-marine. Mais on ne connaît que deux signes éloquents.

6/ Aucune panne mécanique, aucun souci?
A – RAS, pas même le coup de la panne d’essence. Les italiennes c’est plus ce que c’était malheureusement.
B – Connais-tu la malédiction du triangle rouge ?
C – Seulement un train de pneus et deux-trois babioles.
D – Biké a eu mal de partout mais il n’est PAS tombé !

7/ Au final c’était comment ?
A – Alléluia je suis vivant!
B – Je suis ruiné.
C – Ma moto est ruinée.
D – C’était GENIAL !

Si tu as une majorité de réponses D tu t’appelles Biké.

Pour le reste on s’en bat les couilles.



PS : pour moi le thème musical de ces quelques jours :
https://youtu.be/bKqpaWUFHdo
IP archivée

Bestof

  • MOI (alias Bubulle)
  • RS GP
  • ******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 5.277
  • Localisation: I.D.F.
  • Moto: Tuono 2003 Gris succédant à Falco 2000 Rouge
  • Motos, Femmes...une question de courbes
Re : Les Pyrénées en Tuono ou la quête du Graal
« Réponse #16 le: 04 février, 2019, 18:05:40 18:05 »

oulalalalalalalala
ca c'est du CR

je vais poser une journée pour tout lire....
IP archivée
PLAISIR (def) :Grosses Cylindrées unitaires et Angles
Bestof : F D M / la provoc élevée au rang d'art..... / Sérial Fucker en Chef : PHEUCKIOU / le veilleur
 

Page générée en 0.33 secondes avec 25 requêtes.